« Bleu Tatouage » de Marie Causse.

Marie

Parfois dans la lecture, il faut titiller l’aventure, il faut laisser le hasard décider un peu de la conduite (de lecteur) à tenir. Sur ma Time Line , j’ai une abonnée au nom de , écrivaine, auteure de polar.

Il y a bien longtemps que je n’avais touché à ma collection de Série Noire. Depuis quelques années, j’avais cessé de me shooter aux romans dits policiers. Mais au cours de ce triste début du mois d’août, je me suis replongé dans l’ambiance-polar avec le second livre de Marie Causse. «» édité non dans la collection de Marcel Duhamel mais chez l’Arpenteur.

Ce roman (policier français) est un livre de 139 pages aérées, aux chapitres courts (21 au total, chacun ne dépassant pas 5-6 pages ).

L’intrigue est simple et efficace. Elle démarre dans l’appartement d’un petit dealer, Benoît Jaimot, qui reçoit la visite de deux policiers, Mario, gardien de la Paix flanqué du lieutenant Cédric. Les deux flics embarquent le jeune homme qui vit dans la précarité, amoureux qu’il est de la belle Flo(rence) – serveuse dans un fast-food. Direction la morgue pour reconnaître un corps, celui de Lucie Delfont (maquée avec l’Indien, un manouche sédentarisé). Lucie a été retrouvée morte dans une poubelle près du bar du Carré 21, overdosée. Elle était une cliente occasionnelle de Benoît.

«La» Commissaire divisionnaire Catherine Blondet, 55 ans, célibataire, habituée du bar de Bébert, va dès lors mener l’enquête dans cette petite ville de Province. On la surnomme bizarrement «Monsieur» même lorsqu’elle est en service. «Monsieur» ne supporte pas Cédric le lieutenant, lui préférant Mario.
L’enquête va très vite se resserrer sur les personnages précités.

J’aime bien lorsque dans les romans (noirs, gris ou blancs), on donne sa chance à chacun des personnages. Dans «Bleu Tatouage», c’est bien le cas. A chaque chapitre, c’est un protagoniste de l’affaire qui tient la parole et la… tête de chapitre. Y sont esquissées les trajectoires sociales et intimes de chacun d’entre eux.

Pour exemples :
– On suit la Commissaire Catherine Blondet : la voilà qui évoque souvenirs d’enfance, rapport à sa mère, à son métier. On jette un œil sur ses addictions à «la» clope, sur les regards des hommes sur elle… mais tout cela tient en seulement deux pages.
– Sur Benoît Jaimot, Marie Causse a un regard sociologique juste, original, plausible, intéressant. Le dealer reçoit Jennifer (petite sotte qui lit quand-même… Cortazar). Celle-ci remarque que l’intérieur de l’appartement de Benoît «déborde de livres». Mais hélas, on ne saura pas quels effets la littérature et la lecture ont sur le jeune homme. Dommage.

bleu-tatouage-marie-causse

Dommage que ces directions-là restent en plan et ne soient pas assez exploitées.
Car les qualités du livre (justesse psychologique, intérêt sociologique) sont aussi – dans le même temps de lecture – ses défauts. Marie Causse avance par petites touches pour décrire chaque personnage mais ces pistes descriptives sont trop rapidement abandonnées. Les brefs paragraphes sur l’intériorité des personnages deviennent alors autant de manques pour le lecteur. On aurait aimé voir le roman se déployer en une arborescence un peu folle et moins de maitrise dans l’écriture.

Les phrases sont en effet posées avec sûreté. Les enchaînements sont clean. Les personnages, eux, sont sobrement campés. Les avancées dans l’histoire restent claires, le dénouement est doublement surprenant mais l’intrigue reste toujours un peu en-dedans : ça ne s’envole pas.

Alors que manque t-il à cette histoire ?

Il manque la férocité, la sauvagerie, l’excès, le «dirty», les côtés sombres. Oui du «dirty» pour faire balance et écho aux chapitres bien léchés. Il manque un peu de désordre, un peu de volume pour atteindre une dimension épique. A ne pas trop vouloir s’attarder sur l’évolution intime des personnages, y a t-il chez l’auteure une crainte d’aller plus loin, dans les profondeurs déraisonnables, au vif contradictoire des sujets ? Cette volonté de maitrise ne cache t-elle pas une peur de se laisser submerger par l’écriture elle-même ?
L’épilogue, par exemple, est lui aussi rapide, trop rapide. Il y manque la folie d’un Tom Wolfe par exemple. Pour Mario, Lucie n’était finalement qu’une «chouette fille» et la compassion qu’il lui porte n’emporte pas vraiment l’adhésion. On reste là, un peu mi-chèvre, un peu mi-chou.

Mais rendez-vous est pris, Marie, pour votre prochain livre.

4 Responses to « Bleu Tatouage » de Marie Causse.

  1. BiBi dit :

    A la suite de mon billet, j’ai reçu le tweet suivant de Marie Causse :

    @pensezbibi je vous déconseille d’entamer le recueil alors, j’écris comme ça, en laissant les choses en suspens.

    Je ne sais pas quoi en penser.
    C’est quand-même la première fois que je vois un(e) auteur(e)refuser du lectorat.

  2. Robert Spire dit :

    Entre « suspens » et suspense, il n’y a pas qu’un « e » mais un gouffre…

  3. BiBi dit :

    @Robert Spire
    Blague à part, cette façon de déconseiller le lecteur de ne pas lire ses livres me laisse pantois. Que Marie Causse écrive : « j’écris comme ça, en laissant les choses en suspens » voilà qui a le mérite d’être clair et peu contestable (mon droit est d’apprécier ou non). Je me suis expliqué sur cette façon d’écrire qui me laisse sur ma faim mais ce « je vous déconseille d’entamer le recueil » euh… je n’en reviens pas.

    Peut-être qu’un jour, les auteur(e)s choisiront leurs lecteurs un à un. On donnerait sa carte d’identité, on répondrait à des questionnaires sur nos goûts, nos valeurs, nos façons d’apprécier ou non la littérature etc. Et ensuite, on attendrait le verdict. Oui, on recevrait le livre à lire. Non, on nous bannirait à jamais.

    Voilà une idée de nouvelle pour un… recueil, non ?

  4. Robert Spire dit :

    Oui, une idée à exploiter. Bibi tu as le talent pour et la matière ne manque pas avec tous ces blogs-citadelles sur le net qui repoussent le lecteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *