Les 5 raisons de la victoire de Sarkozy en 2012.

Invité par Pas Perdus pour donner ses cinq raisons de voir en pré-retraite, BiBi doit avouer qu’il n’a pas eu le cœur d’y répondre. Cela l’aurait engagé à avaliser l’optimisme dangereux et l’euphorie gagnante qui semblent s’être emparés d’une partie de la Blogosphère. BiBi est plutôt enclin à faire l’inventaire des raisons qui… donnent vainqueur Chouchou en 2012.

Voilà donc derrière un calme apparent, son coup de chaud, sa petite provocation.

1. SONDAGES : Les adversaires de Chouchou se laissent bercer par les sondages. On sait que ces mêmes sondeurs n’ont pas vu venir Jean-Marie au second  tour 2002 et qu’en 2006, était donnée largement gagnante. Première dans les sondages : ce fut pour cette seule raison que Ségolène fut choisie par ses pairs pour s’en aller batailler (et perdre) contre Sarko (voir article de Philippe Sage : l’Autre François). Il est à craindre que le Peuple de gauche et de «gauche» ne se laisse avoir hélas et bercer par ces humeurs du moment.

2. LA GUERRE : « Une campagne présidentielle est impitoyable, c’est un révélateur » écrit justement le bloggeur. Fin 2010, 2011, 2012, c’est la guerre, c’est déjà une guerre féroce et les crocs de boucher sont sortis. A lire , on voit que Chouchou et ses larbins (Soubie, Guaino, Guéant, Ciotti, Besson, Hortefeux, Mariani etc) ne laissent rien mais absolument RIEN au hasard. Chouchou et son Equipe choisissent leurs plus petits sujets et leurs plus grands thèmes porteurs, faisant ainsi passer ses adversaires bien timides (à part Mélenchon) à la remorque de leurs paroles. Oui, nous sommes en guerre dans une Guerre sans pitié. Elle est déjà commencée et la Gauche, frileuse (celle qui s’excuse de comparer le régime d’aujourd’hui à celui d’hier) est en retard. Déjà.

3. EXTRÊME PRÉSIDENT : On se gausse de cet Extrême Président mais s’il n’a évidemment pas le sens du Social, il a le sens extrême de la Populace. Les chemins empruntés, les mots d’Ordre honteux et dégradants ont l’aval d’une frange de l’électorat lepéniste et il n’est pas dit que celui-ci ne se tourne pas vers Sarko.

4. FEMMES, ON NE VOUS AIME PAS : D’autant plus qu’en face de Chouchou, il y aura des femmes (après Ségolène Royal, il y aura Marine LePen/Martine ) et là-dessus, BiBi rejoint l’avis de  :

«Sarko est donné perdant dans les instantanés ! Tant mieux ! C’est sa chance ! Aubry, n’en a aucune. Et pour plusieurs raisons. La première étant que non, les français ne sont pas prêts à porter une femme à l’Elysée. Certains vont hurler à cette affirmation, machisme, misogynie, phallocratie et tout le bataclan, je sais. Mais on ne refait pas les citoyens ».

5. ON VOTE POUR CELUI QU’ON HAIT : Enfin, raison philosophique que BiBi a souvent mise en avant : dans l’isoloir, à l’abri du Monde et de la Honte, on peut voter pour quelqu’un qu’on déteste. Cette logique – impensable pour certains – est plausible. Oui, on peut voter pour quelqu’un qu’on hait parce que, s’il nous fait peur, il fait peur aux autres (les Pays Européens par exemple et Chouchou à Bruxelles a marqué un point). Et s’il fait peur aux autres, alors il sera en première ligne pour nous défendre contre ce «Monde de Pourris».

Heureusement, la fièvre-BiBi vient de tomber et demain, y a Manif.

13 Responses to Les 5 raisons de la victoire de Sarkozy en 2012.

  1. La défaite espérée de Sarkozy ne signifie pas pour autant la victoire de la gauche de transformation sociale…

    Point 1 : la classe dominante risque en effet d’imposer au peuple de gauche son candidat, le plus inoffensif bien entendu… DSK ?
    2 : Exact, à part le FDG, et Mélenchon, la social-démocratie n’a pas encore voulu tirer les leçons de son échec…
    3 Exact; il flatte les instincts les plus bas pour masquer sa politique de régression sociale.
    4 Je m’abstiens de hurler… 😉
    5 Peut-être…
    Il faudra penser à transmettre la fièvre au cortège…

  2. 2 : j’ai mal formulé le point 2… puisque le FDG et Méluche ne sont pas dans la social-démocratie…

  3. Pas mal ton point 5 Bibi, j’adore la complexité et ton hypothèse est une évaluation de comportement que trop de gens ignorent.

    L’amour-haine que ce type fait naître joue terriblement en sa faveur. Il ne faut jamais négliger ce côté masochiste des sociétés modernes… Dans notre monde actuel, on préfèrera toujours un salopard qu’on connait à un gentil inconnu.

    L’adage « lui, au moins on le connait, alors que l’autre, on ne sait pas ce qu’il vaut » est une constante récurrente que j’entends sans cesse dans cette putain de société française. La peur de l’inconnu, fruit d’un monde de vieux…

  4. BiBi dit :

    @cui cui
    D’accord, entièrement d’accord avec ton gazouillis…

  5. librellule dit :

    Autour de moi, j’entends aussi beaucoup:

    -Mais ce serait pareil avec un autre
    -Au moins, il se remue
    -Il est ferme avec les migrants

    Mais beaucoup de critiques et de déceptions aussi.

    Je repensais au lapsus de Rachida. me suis moquée aussi facilement mais relève-t’ on les lapsus masculins?

    La France, pas prête pour UNE présidente?
    Les femmes si à mon avis mais les hommes?
    En tout cas, bien des mamies autour de moi qui espèrent une femme, moyenne d’âge de ces dames respectables mais pas toujours respectueuses, 80 ans!

    Pensées… amicales

  6. librellule dit :

    Après, pour vaincre Sarcome?

    -La vraie union des gauches et des verts?

  7. librellule dit :

    J’oublie le modem!
    Mais où est le modem?

  8. BiBi dit :

    @librelulle
    Pas une femme ? C’est le corps social français qui majoritairement n’en veut pas. Pour BiBi, elles ont souvent la place première.

    La majorité en France a toujours – hélas – aimé les généraux, les pères- fouettards, les hommes dont on disait qu’ils avaient de la tremps, les aristos au grand D’Estaing.

    Les femmes, on les voyait en bonne femme (Yvonne), en discrète (Claude P. et Danielle M.), en ronchon ( Bernadette) ou en jolie dinde.
    Pour ce qui est d’occuper la Première Place, non, les français diront majoritairement « non » que ce soit en bleu Marine ou en Rose bonbon.

  9. Tony dit :

    Ce qui m’embête dans tout ça, c’est que quand une femme entre et dure en politique, elle cesse d’être une femme pour devenir un animal politique femelle…
    Objectivement, de Christine Boutin à Martine Aubry en passant par Nadine Morano et Nathalie Kosciusko-Morizet, rien ne m’attire.
    Une certitude, si nous en envoyons une à l’Elysée, elle va nous faire la crise d’ado qu’elle n’a pas pris le temps de faire 20 ans plus tôt.
    Je me souviens d’un reportage dans une boite de nuit qui ressemblait à l’intro d’un Dorcel : « Momo et les boutonneux ».

  10. librellule dit :

    Tu choisis les moins sexy?
    les plus sexy, on ne voit plus beaucoup d’ailleurs…
    Cessent-elles d’être des femmes ou n’as-tu point une vision un peu trop romanesque de la femme?
    je les admire tout-de-même de faire de la politique dans ce monde brutal et machiste.
    « Crise d’ado? » c’est intéressant!
    Certains hommes politiques n’en sont pas sortis, dirait-on de l’adolescence! Et combien d’autres.
    (Petite vengeance mesquine)
    De nombreuses femmes aimeraient voir une femme présidente à mon avis.
    Après, trouver la bonne, enfin, je me comprends.
    Cordialement,

  11. librellule dit :

    Bien aimé la « jolie dinde »

    J’espère qu’elle va être « farcie » en 2010 avec son époux
    ou au moins quelque peu brunie…

  12. librellule dit :

    2012! PFF! Si c’est long!

  13. […] progressistes, il y a du pain sur la planche !Je ne sais pas pourquoi mais m’est avis que la gauche est plutôt mal barrée… RSS 2.0 Comments Feed | Leave a Response | […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *