2012 : les cris de victoire de Little Nikos.

  Little Nikos victorieux

Il ne s’agit ni d’un mauvais rêve, ni d’une plaisanterie, ni de politique-fiction. Contrairement au climat général de la Blogosphère (de 2007 à 2012) qui a oscillé entre Optimisme béat et Ironie insistante, BiBi a toujours eu peur. Aujourd’hui, il constate la Victoire imparable de Little Nikos en cette année 2012. A situation analogique, dans les années 30 en Allemagne, les Partis d’Opposition au petit moustachu étaient forts de leurs audiences respectives jusqu’au triste jour… du 30 janvier 33 où ils connurent le plus grave échec de l’Histoire humaine.
Reprenons en détail les Années 2009-2012.
A. Le plus terrible : les partis de gauche s’en sont allés désunis au Combat.
Le PS à la dérive (une fois de plus) :
Chacun se souvient du Congrès de Reims, des querelles intestines qui avaient pris la France à l’estomac, des parties (inter)minables de ping-pong entre Martine chez les Ch’tis et Ségolène au Zénith. On se rappelle aussi les flirts de DSK, les coups de Lang, les ravages d’Attila-Attali avec Little Nikos, on recause encore aujourd’hui de ce Parti Socialiste à l’heure de la montre de Julien Dray, à son retard endémique sur les mouvements inventifs du Populo. 29 janvier, 19 mars 2009, le PS n’est apparu ni comme un point d’appui ni comme un levier, pris et prisonnier de ses questions personnelles et d’une analyse de la Mondialisation qui a continué à avoir les mêmes présupposés que les pires propos politiques de Droite. Et BiBi ne parle pas ni des incohérences avancées sur l’Europe (bide des élections européennes de juin 2009) ni de la nomination guerrière du Candidat PS à la Présidentielle en 2011.
– Crispation aussi sur la Gauche de la Gauche :
   1. Le Parti Communiste ne fera jamais l’analyse de ses déconvenues qui l’ont réduit en poussière depuis vingt ans. Là aussi, ignorance de la théorie politique comme arme, vaines paroles de protestation empreintes de religiosité et de frilosité.
   2. Que dire du NPA sinon qu’incapable de réfléchir sur la transmission de la culture et de la lutte ouvrières d’une génération à l’autre, il s’est enfermé dans le microcosme de l’Aristocratie politico-médiatique, confondant la superficialité de l’Audimat avec la Présence réelle dans les luttes.
   3. BiBi soupire encore devant ce pauvre Jean-Luc réduit aux coups de gueule et à l’agitation coluchienne. Il n’a récolté que deux pour cent. Autant dire rien de ce qu’il a semé : pas même les miettes. Ils ont tous ouvert le Boulevard devant Qui-vous-savez.
B. Le plus invisible : Little Nikos a perdu toutes les batailles mais a gagné la Grande Guerre.
BiBi s’est toujours étonné de l’Optimisme béat qui s’est emparée de la Blogosphère (de 2008 à 2012). Les Blogs et Sites anti-sarkozystes n’ont pas vu la Catastrophe arriver : ils se sont leurrés sur leur puissance réelle, ils ne sont pas rendus comptes de leurs limites, tous à scruter leur popularité nouvelle au Hit-Parade de Wikio. Qui a consulté leurs anathèmes quotidiens? Surement pas la «France profonde» (celle qui a fait la différence). A quoi ont servi insultes, attaques personnelles sur le Personnel Politique – et particulièrement sur Little Nikos moqué pour ses talonnettes, pour son ignorance des livres, pour sa jolie poupée, pour ses coups de gueule, pour ses tics et ses tic-tacs de Rolex, pour ses faux-pas ressassés jusqu’à l’écœurement. Tous ces anathèmes n’auront servi qu’à conforter sa position. En quoi ? Eh bien, chacun a oublié que plus il était haïssable, plus il engrangeait des voix. Cette idée de la haine qui rapporte des Voix prend évidemment les évidences  à contre-pied, elle a longtemps été impensable : comment peut-on voter pour un type qu’on déteste ? Eh bien, justement, c’est là le point aveugle de la démonstration de BiBi. Relisant Kafka, Bibi sait qu’on aime celui qui nous fait peur car il maintient un lien – au prix du sacrifice de toute raison et de toutes raisons raisonnables. Et si Little Nikos fait peur, alors c’est qu’il fait peur aux autres pays : du coup, il nous rassure. Et chacun de se dire : « Tout, plutôt que l’Ouverture à l’Inconnu. Tout plutôt que le manque de repères en ces Temps Terribles où il s’agit de survivre et de sauver sa peau ».
BiBi se souvient amèrement des rires qui accueillaient les propos de Little Nikos lorsqu’il se fichait d’être impopulaire. Les élections 2012 qu’il vient de gagner étaient alors lointaines. BiBi savait qu’avec la puissance de Nonce Paolini, avec la nomination du Président des chaines publiques, avec le JDD du Frère Lagardère, avec les rets des filets du pote Bolloré, avec les mises au pas des gens de Presse apeurés par la précarisation, Little Nikos attendait – tel le sprinter des deux cent derniers mètres – il attendait le moment où il fallait appuyer sur les pédales pour jaillir, sortir en tête du peloton et finir premier sous la Banderole 2012.
Bon, BiBi arrête là le scénario : tout ceci était évidemment son Poisson d’Avril. BiBi, frais et dispo en ce premier jour d’avril, espère vous avoir pris dans ses filets. Avouez que le coup est réussi pour son Poisson 2009, non ? Car chacun sait qu’en 2012… hein ? hein ? rassurez-moi, rassurez-moi, la victoire de la Gauche sera bien au bout de nos peines, hein ?

One Response to 2012 : les cris de victoire de Little Nikos.

  1. babelouest dit :

    Le Vorace encore vainqueur des Coriaces, par KO ? Scénario ô combien vraisemblable, vu les challengers qui se pressent, se bousculent déjà « Moi, moi, moi, moi!!! »….

    En effet, qui pourrait ? Celle qui ne s’appelle pas Aliénor ? Celui qui tient la boutique du Fric Minable et Inerte ? Le Facteur de désunion ? Un cartel Vert-Rouge-Rose soutenu (par lui-même?) qui n’y croit même pas ? Un Dupont-Aignant qui n’a même pas de Rufus, Alceste, Eudes et Clotaire pour lui prêter main forte ? Le petit Nicolas saura les battre sur leur terrain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *