Photographies Capitale (BiBi in Paris).

 Une Semaine à . Sans Net, sans Twitter. BiBi aime cette vacance de la Capitale où il se laisse bercer par les sonorités insolites : ça parle spanish, anglais, rubbish, italiano et joual. Parfois, on se demande d’où viennent ces étranges Étrangers ? Que font-ils ? Où sont-ils le reste de leurs années perdues ? Bien sûr, il reste les éternels paumés qui tendent la main au Carrefour de la Charité. Ils parlent roumains avec leurs accordéons, ils chantent à tue-tête dans les cours et les coins de rue… pendant que Valls les inscrit sur ses carnets de Vol, prêt à les mettre au violon.

*

Au hasard, discute avec une équipe de cameramen devant le , refuge des humoristes en herbe. La Bajon me raconte son spectacle en vendant des places. Trois autres jeunes femmes sont avec elles sur la scène. Son Show se tient le samedi et le dimanche à 17h30. Bon courage et bibises.

Paris-Plage : l’idée-ersatz de Plage à Paris vous donne l’envie de rire. Mais les enfants s’y amusent. De quoi faire souffler les baby-sitters portugaises ou ivoiriennes qui pensent à leurs pays.

S’il vous vient l’envie de prier, direction la Grande Mosquée de Paris, petit écrin de verdure. Les tapis sont repliés, la toile blanche couvre le patio. Des livres encadrent une fenêtre : à qui appartiennent-ils ?

a laissé ses traces sur les murs de la Butte-aux-Cailles. Il n’y a pas que cette artiste qui y pose ses marques. Une plaque indique que ce fut d’ici que partit le premier vol aérien (montgolfière en papier). La Fontaine qui puise à600 mètresde profondeur vous offre une eau claire et potable. Les voisins viennent s’y approvisionner. On discute autour d’un verre d’eau.

Toujours une détente de flâner sur les allées du Jardin des Plantes, de déchiffrer la latinité des noms d’herbes, de fleurs, de boutons. Et un plaisir éphémère de rêvasser sous le platane planté par Buffon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *