Les Voyages de BiBi à Bicêtre.

Sans le chercher, a fait une découverte majeure sur ses Origines. Sur le site de Feuilles d’Automne, il est tombé sur l’explication toute historique du mot «BiBi» avec cette spectaculaire criée : «»

«A BiBi !» se révèle être l’expression équivalente à : «A Charenton !» (ou au Vinatier pour les Lyonnais !). BiBi est, selon Eugène Boutmy auteur du Dictionnaire de l’argot des typographes (1883), l’abréviation de , asile d’aliénés pour les fous qui ne peuvent payer de pension. On envoie à BiBi ceux dont les sont ou paraissent insensés. Précision supplémentaire qui ravira BiBi : le pallas est un ancien mot d’argot désignant des propos assommants ou des discours lénifiants.

Autre découverte dans les commentaires de cette Feuille d’Automne :
«Il s’agit de La Muse à Bibi d’André Gill, caricaturiste, hydropathe, membre du Chat Noir, illustrateur etc. et qui finit sa vie traversé par des crises de folie qui l’amèneront à Charenton (…) Je ne connais de Gill que ses caricatures et que la correspondance (et mémoires) parue en 2006 et qui est un témoignage intéressant sur l’époque et ses milieux littéraires».

Merci donc à ceux qui supportent depuis bientôt trois ans les pallas du Blog à BiBi et un grand bibi à toutes les Muses à BiBi !

Signalons encore ces deux extraits du livre d’ dans son Essai pour une histoire des Voix (Editions Bayard et article-BiBi).

1. Le premier parle d’un nettoyage au karcher :

«Les cris venant de prisons sont fréquents : à Paris (en 1756), le château de Bicêtre fut le lieu de graves émeutes, précédées de longues journées de «cris de fureur» entendus derrière les murs. Les gardes et officiers étouffaient ces cris et ces révoltes, pistolet à la main, obligeant chacun à être «enserré dans les souterrains» (p.162).

2. Le second extrait nous éclaire sur les mœurs aristocratiques de l’époque :

«Au 18ième siècle, on avait grand goût de la promenade, et celle qui allait vers l’hôpital Bicêtre pour assister au spectacle des grands insensés demeura jusqu’à la Révolution » (p.183).

L’Inconscient emprunte donc des voies originales et jamais véritablement tracées. Quelque chose se lève et se révèle dans l’après-coup. BiBi pourrait presque rappeler ici son double aphorisme : «C’est parfois dans le grain de la voix que s’ouvre la graine de la Vie» et «C’est toujours dans le germe de la Vie que pousse un grain de Folie»

Plus prégnante et intense sera cette intervention de retrouvée sur You Tube. Il s’agit de son Abécédaire (lettre G comme Gauche). Ayons l’oreille fine pour écouter les pallas du Philosophe à propos de ceux qu’il recherchait et aimait : personnes oscillant entre Graine de Crapule et Grain de Folie, personnes dont l’intérêt essentiel réside dans leurs points de démence :

2 Responses to Les Voyages de BiBi à Bicêtre.

  1. GdeC dit :

    ouf, j’ai eu peur ! j’ai cru que tu nous écrivais depuis là-bas…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *