Eloge des vaches (ou l’Art de ruminer).

 

BiBi a trouvé son Bonheur dans le Pré. Ému, il a croisé ses amies tant décriées, camarades de jeu cataloguées « folles » mais qui ont cet art inimitable de… ruminer.

Un jour, dans une interview aux Inrocks, avait déclaré justement : «Je rêverais d’être une vache, une gentille vache qui broute dans le pré. Elle régurgite toute la journée mais elle ne bronche pas, elle regarde passer les trains. Dans ces trains, il y a des connards qui pensent avoir à faire des choses essentielles. Et elle, elle broute». Puis elle poursuivit : «En tant que bonne charolaise, je rêve sur les trains qui passent sans essayer de les prendre». Julie ! Julie ! Tu émeus beaucoup BiBi.

*

 

Dans le même pré, BiBi croisa aussi le Camarade Nietszche : «Pour élever la lecture à la hauteur d’un art, il faut posséder avant tout une faculté qu’on a précisément le mieux oubliée aujourd’hui, une faculté qui exigerait presque que l’on ait la nature d’une vache et non point, en tous les cas, celle d’un «homme moderne»; j’entends la faculté de ruminer».

*

*
Enfin cet émoi poétique du poète albanais adressé à un ami poète (1) :
Tu mets trop de , dis-tu, trop d’épis de blé
Dans tes poèmes… Certes, l’ami,
Mais qu’y faire ? Toi, le premier tu exiges beurre et lait
Au petit déjeuner, plat de viande à midi,
Et bon pain blanc cuit à souhait.

Tu soutiens que l’émoi poétique se perd
Si l’on parle que de vaches,
Que cela ne se tire pas de l’herbe
Mais de bien plus loin, d’un tremblement
Qui nous atteint par la chair éclatée des mots.

Ecoute bien : en vérité, j’ai trop peu chanté les vaches,
Elles méritent plus encore
Car elles sont comme l’automne et le printemps.
Aussi n’épargnerai-je ni encre ni papier,
Je leur apprendrai même à réciter des vers…

Ce qu’elles feront mieux, peut-être, que nous autres, poètes !


(1). Poème extrait de la Revue «La » (N°18/19) 1996.

2 Responses to Eloge des vaches (ou l’Art de ruminer).

  1. babelouest dit :

    Foi de Ruminant, tu me fais soupirer d’aise. C’est d’autant plus vrai que, petit garçon, il m’est souvent arrivé de garder les cornus quadrupèdes des parents au pré, et de ruminer plein de pensées à leur image pendant les heures d’attente de fin de leur déjeuner.

    C’est en philosophant qu’on devient philosophe, parfois. Suivez le Ruminant, il vous conduira à la sagesse.

  2. BiBi dit :

    @BabelOuest
    J’ai effectivement aussi pAnsé à Ruminances et au sympathique troupeau qui l’anime en écrivant mon bibillet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *