A LA TABLE DES BLOGUEUSES ET DES BLOGUEURS.

Chaînes

Donc nous avons parlé. Du plus timide à la plus volubile. Tous réunis autour d’une table. Avec du soleil qui nous réchauffait à l’intérieur et de la pluie qui faisait des claquettes à l’extérieur. Nous avons décliné nos identités, nous avons commandé les plats, oui nous avons parlé de tout, des petits riens qui font un Grand Tout : Grèce, Coluche, football, Hollande, TelAvivPlage, d’où tu es, qu’est-ce tu fais, quoi tu lis, et ton , et tes projets, et ton chômage, et ta retraite.

Et quand nous avions fini de parler, nous avons continué de parler.

Front Pop

*

Bien avant la rencontre du soir (18h-23h), AR m’avait envoyé ses «craintes» sur le découpage des invitations en remarquant la bizarrerie du cocktail qui mélangeait «Politiques» et «Littéraires». Voilà qui me rappela  – je ne sais pourquoi – la phrase de Brecht qui disait à peu près ceci :

«Que les hommes politiques ne s’intéressent pas à la littérature, ça peut passer à la rigueur mais que les gens du Littéraire ne se penchent pas sur le politique, c’est inconcevable».

(Encore que. Encore que Brecht n’avait pas connu Mitterrand qui écrivit et ré-écrivit son autobiographie. Par contre, Bertolt connut très bien les Charognards de couleur brune qui, de Berlin à Munich, brûlèrent ses livres sur les Places publiques).

Donc, craintes d’AR balayées, tout se passa excellemment. Et quand tout fut fini, nous avons pleuré. Enfin presque pleuré. Il y eut des sourires, des embrassades et des photos à la sauvette, pour masquer, pour marquer l’inéluctable séparation.

En arpentant la route du retour, me revinrent ces périodes de colonies de vacances où les séparations se finissaient très souvent dans les mouchoirs à brandir du train ou dans les mouchoirs à essuyer ses larmes. Ben, aujourd’hui, nous avons nos tweets comme mouchoirs. Pour se moucher. Snif. Sniiif. Et pour moucher les Puissants. Pif paf.

Femme-juive-devant-la-table-du-Chabbat

Bien entendu il y aura d’autres repas pour inciser notre Quotidien et faire rupture avec la lourdeur de nos Nuits, les habitudes de nos Jours. Le Cercle d’amour s’élargira. Seront probablement présents les mêmes Apôtres, les mêmes Héroïnes du Soir (ou Reines du Café). S’y ajouteront d’autres , d’autres , des twittos ou non, mais certainement des oiseaux qui gazouillent, qui bafouillent, arsouillent, dérouillent, zigouillent ou qui tambouillent.

Tous, toutes seront les bienvenu(e)s.

3 Responses to A LA TABLE DES BLOGUEUSES ET DES BLOGUEURS.

  1. Je salue MC Pensezbibi 😀 Soirée très réussie.

  2. AgatheNRV dit :

    Littérature et politique, les deux 😉
    Joli et tendre ce texte.

  3. Robert Spire dit :

    « Et quand nous avions fini de parler, nous avons continué de parler ». Parler, c’est communiquer, ce qui veut dire « mettre en commun ». Beau programme, mais uniquement entre gens qui se comprennent à peu prés…Comme ce soir là, il me semble.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *