Ecrire d’un certain bord.

Solitaire, solidaire.

Ecrire d’un certain bord. Permettre à quelques lecteurs/trices passant par ici de s’acharner sur quelques cadenas. Dans ce blog, offrir des occasions de desserrer les mâchoires de la grande Machine du Pouvoir. Les multiplier tant bien que mal. S’engager ensemble dans les batailles où – quelles qu’en soient les issues – il n’y aura ni vaincus d’avance, ni vainqueurs absolus. S’aventurer dans des terres inconnues, malgré les vents contraires et les annonces répétées de fortes houles. Oui, naviguer tant bien que mal.

Cette Opération de transmutation a pour socles mes lectures bien sûr mais elle touche aussi, en solidarité, à nos actes, à nos positions, à nos liens. Traversée impitoyable et incertaine au cours de laquelle la mise sur le tapis des Valeurs éthiques (la Justice, le Bien, le Mal) reste la constante puisque s’y joue notre honneur dans un rapport au monde, quotidien, exténuant.

Arrimés que nous sommes au langage, à cette circulation bâtarde des mots (vents) dominants, aspirés dès nos premiers jours par ce charivari et ce tintamarre venus des Ghettos du Gotha, empoissés par ces vocables descendus des Hauteurs, nous nous débattons tant bien que mal contre les échos de ce vocabulaire de Mort, contre le Serpent médiatique de la Brutalité frontale. Avec, hier, aujourd’hui, les vecteurs de cette souffrance, énumérés ici en inventaire incomplet : bancs de l’école, journaux de 20 heures des chaines publiques, interventions d’Experts, de Délégués, de Spécialistes, micro-trottoirs-radios-télé, réunions elyséennes d’Intellectuels, palabres de la Société de Bricoleurs, oukases de la Corporation des Canailles-en-Col-Blanc, impositions littéraires, poétiques, musicales, pilonnages médias qui saturent nos horizons quémandeurs de Neuf. Alors que – il faut le préciser  une fois de plus – les lanternes de Lénine et les écrits de , Capital en tête de gondole, sont plus que centenaires.

Rappelons en trois lignes merveilleuses, ce constat poétique (oui, poétique) de l’auteur du Capital achevant son Ulysse (avec l’aide précieuse de son ami Friedrich ) : « Nous abandonnâmes d’autant plus volontiers le manuscrit à la critique rongeuse des souris que nous avions atteint notre but principal, voir clair en nous-mêmes».

Tant bien que mal, voir clair en nous-mêmes. Lucidité qui s’éclaire des rayons d’un soleil de Midi. Poussée irrépressible, rayonnement au bout de l’analyse, volonté de partage (même si, Dieu le sait plus et mieux que quiconque : nous sommes seuls, terriblement seuls et notre imaginaire est quelque chose de solitaire par nature). Volonté de savoir, d’analyse : nous sommes des scientifiques et nous savons – en préambule de tous nos travaux d’équipe – qu’il n’y a de solution, d’hypothèses fécondes que collectives.

L’aspect déterminant de l’Analyse est double : 1. Crise du Système économique (avec blocage des forces productives, matérielles et humaines – y compris la force de travail et sa reconstitution épuisante) et 2. Crise de la Reproduction du Système. Dans ce mouvement dialectique, le Sujet en crise, divisé, s’éclaire aux lumières du Labeur d’élucidation, aux éclairs du Travail continu en semaine, prolongé dans les serpentins des samedis & dimanches, en vêture, parure et panoplie jaune-fluo.

C’est qu’il s’agit, au fin fonds de nous-mêmes, d’y voir
clair pour continuer de marcher, de creuser, d’avancer.

Ecrire d’un certain bord. Percée de Scribe qui n’a rien d’une ligne droite et d’un voyage sans retour. D’autres diront qu’il y a là un passage ininterrompu et une course exténuante qui va – aller/retour – de la méconnaissance idéologique à la prise de conscience. Ascension, retour et descentes tourbillonantes. A l’infini.

Pas facile de ne pas trébucher dans ces étapes à répétition. Pas facile de refuser de se vendre à tout prix, de résister à n’importe quel prix, pas facile de ne pas se vautrer dans la soie avec les Marchands du Temple, avec les gardiens de l’Empire. Les années de galère antérieures, l’Expérience artistique derrière nous n’y font rien. L’Art ne rend pas meilleur, écrivait avec raison, un revenant du Goulag, Varlam Chalamov. L’Art ne rend pas meilleur, voire il nous rend pire : pour cas exemplaires de cette semaine, en costume de flanelle à l’Elysée et Bernard adoubé Chevalier de la Cour macroniste. Nulle surprise pour ceux et celles qui ont tant appris de Freud et de ses topiques, de Bourdieu et des traces qu’il nous a laissées.

On trébuche, on se casse la gueule. Tous à des places assignées d’avance où, chacun, chacune, nous avons à répondre de nous-mêmes. Le but : se reconnaître comme sujet, un parmi d’autres. Sujet désirant, accroché au bastingage (ici avec les affects très contemporains de dégoût, de rage, de soupirs désespérés, de majeurs pointés au ciel, de poings serrés hors de nos poches) et Sujet politique (impossibilité de rester en place, de faire du sur-place, détermination à gagner les ronds-points, à les occuper, à ériger des cabanes, à descendre les Champs etc). Trouver du ciel bleu derrière les grenades et leurs fumées à particules brunes. Chanter à pleins poumons les Airs de la Carmagnole revenue. Engranger les récits communards et se faire porteurs des révoltes des Camisards et des 14 juillet.

La cloche a sonné, ça signifie…

Aux liserés des Actes accumulés (numéros déclinés à l’infini, Actes XXIV, XXV, XXVI), la tête se penche sur le clavier. Serrés sont les poings, tranquille est l’assurance. Ils auront beau faire : les assauts des Dragons du Roi, les oscillations mortifères, répétées du CAC 40 ne font plus peur.

5 Responses to Ecrire d’un certain bord.

  1. AgatheNRV dit :

    De la force et de la poésie dans ton texte, qui porte et emporte… Merci.

  2. Robert Spire dit :

    Bibi, « le saboteur. »
    « le commerce consiste à transformer les expressions les plus libres de la pensée en produits, et c’est plus que jamais, contre cette instrumentalisation économique de la pensée, qu’il faut trouver des moyens, ironiques, inattendus, de sabotage ». Alain Jouffroy, poète (1998).

  3. BiBi dit :

    @RobertSpire
    Je trouve sabot.

  4. Robert Spire dit :

    «C’est ainsi que le monde de la culture-monde tend à devenir indéchiffrable, confus, chaotique : l’homme de la culture-monde n’a plus d’autorités supérieures, plus de lunettes, plus de boussole pour le guider. Jusqu’alors la culture était ce qui fournissait des cadres symboliques permanents à la vie des hommes, ce qui donnait sens à l’expérience du monde, de la vie et de la société. Il n’en va plus ainsi : à bien des égards, c’est l’inverse qui est à l’œuvre. La culture-monde apparaît comme ce qui dépossède les individus des clés d’intelligibilité de leur univers. Elle n’éclaire plus ce qui est et ce qui vient, elle ne fixe plus de cap : elle déstructure ce qui naguère encadrait la pensée de la vie. La culture construisait un monde familier et commun ; l’hyperculture nous le rend étranger à nous-même au moment où les distances se rapprochent, où l’information prolifère, où tout est à portée de clic. Plus l’individu est rendu responsable de lui-même, plus il est désorienté, privé des moyens permettant de vivre dans un monde compréhensible.»

    Gilles Lipovetsky dans L’Occident mondialisé : Controverse sur la culture planétaire

  5. Robert Spire dit :

    Il est vrai que de l’autre bord, certains, tels Bern et Deutsch savent chausser leurs gros sabots. Et je ne saurais mieux dire que Claude Guillon: https://unsansculotte.wordpress.com/2019/05/03/laissez-vous-guider-jusquau-summum-de-la-niaiserie/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *