Bouffons les Bouffons.

Au menu de mon repas non clandestin, il y aura du poulet, du poisson d’avril, du gâteau à la poudre de Tagada. Avec, en prime dans le trou normand, une chanson de deux poivrots. Bien entendu, il faut s’attendre à une note salée à payer (autour de 500 euros). Mais pour éviter l’indigestion, j’ai quand-même gardé pour la bonne bouche et les bonnes oreilles, l’ami chansonnier de toujours : François Béranger.

Du poulet au menu (1).

On ne paraphrasera pas le titre du film «  Les Douze Salopards » mais certains, autour de moi, y pensent lorsqu’ils voient Gérald Darmanin intensifier sa propagande Flicage 2022. Il a recruté douze nouveaux policiers qui seront chargés exclusivement de devenir des Communicants dans les Médias. Comme le souligne Le Canard Enchaîné, leur mission sera «d’occuper les ondes et les plateaux de télé pour vanter la politique de la Macronie». Et, soyons convaincus que – comme d’habitude – les TV poubelles seront prêtes à s’ouvrir pour les accueillir.

Du poulet au menu (2).

Les grands restaurants clandestins invitent donc à qui mieux mieux de hautes personnalités politico-médiatiques. Mais avant de servir les repas, leurs Boss ont pris bien soin d’avertir la police darmanienne pour être en règle et ne pas déranger les invités. Un serviteur d’un restau huppé du 8 ème arrondissement témoigne sur Mediapart : « C’est qu’à chaque fois qu’une descente de police est prévue, le patron est avisé en amont ». Et, hop hop, c’est ainsi que les repas se font sans encombres. Aucune crainte pour les invités de tomber sur un os… de poulet.

Chalençon et Vichy.

Ce crétin de Chalençon n’en est pas à une obscénité près. Après avoir fait le bouffon de la Grande Bouffe, le voilà s’érigeant en victime de Vichy. Ce Chalençon n’a rien trouvé d’autre pour se défendre que de s’empresser de choisir la place du juif traqué par la milice de Pucheu, le grand frère de notre Gérald.

Deux poivrots à la fin des repas clandestins.

D’ici, j’entends chanter Jean-Marie « Il est des nôtres, il a bu son verre comme les autres » en apostrophant et trinquant avec son ami Chalençon. Une image qui se passe de commentaires. Surtout ceux d’Eric Naulleau, Eric Zemmour, des Grandes Gueules, de Sonia Mabrouk, d’Apolline de Malherbe, de Fogiel. Ils n’ont probablement pas eu le temps de s’insurger, tous occupés à la cafétéria clandestine de leur chaîne.

Sondages (1).

Ne pas être surpris : la Propagande Macron 2022 prendra quotidiennement le chemin du sondage. Le colportage de tous ces résultats mensongers est et sera assuré sans faiblir par les médias-moutons (de BFMTV à France Info, du Monde à Libération). Le plus désolant, c’est que s’y associent gens de gauche qui sont aveugles à la manipulation monstre qu’ils avalisent. Dur de comprendre le déficit théorique de ces derniers sur cette question du support n°1 de la propagande de la Macronie.

Sondages (2).

Une des figures de sondologues à la con est celle de Jérôme Fourquet de l’Ifop Opinion. On connaît le lascar (qui écrivit en son temps un avec Jérôme Cahuzac) dont on voit régulièrement la binette sur les chaines publiques et privées. Un autre sondologue de la même maison lui fait concurrence : Frédéric Dabi. J’ai eu la curiosité d’aller voir qui donne la parole et l’image à ce squatteur des médias. Impressionante liste : Cnews, LCI (La Chaîne Immonde), LCP, le Journal du Déchet (JDD), Le Figaro à prendre Dassault, Atlantico, le Monde de Xavier Niel et Delphine . Pardonnez-moi pour ceux que j’oublie.

Libération 2022.

Preuve ce mardi 13 avril 2021 : Liberation suivra le même chemin que celui de 2017. Sa Une d’aujourd’hui en fait foi avec la soi-disant info qui titille l’entre-soi médiatico-politique parisien : il y aurait donc un duel acharné entre Macron et Mme Hidalgo ! Soyons sûrs que le nouveau dirlo, Denis Olivennes, y apportera tout son savoir de courtisan ambidextre.

Ecologiste ?

France Inter ouvre les portes à Delphine Batho. En allant sur le site de la radio, on a droit – via la journaliste Carine Bécard – à une présentation fouillée de l’écologiste de François Hollande et on indique en fin de panégyrique son livre « Insoumise ». Dommage qu’il n’ait pas été précisé un des plus magnifiques passages du livre (sur Valls).

Bernard Arnault (1).

Capital nous pond un article sur la familia grande des Arnault. On y lit que, comme beaucoup d’ados rebelles dans ces milieux-là, on commence par dire à Papounet d’aller se faire voir. Ensuite, âge et valeurs de sa classe sociale aidant, on retourne au bercail et on suit les entreprises de Papa. On rappelera que Delph’, la fifille, avait bénéficié d’un mariage hors-normes en 2005, avec Alessandro Gancia, avant de se réfugier dans les bras de Xavier Niel. No problem : Delph’ est recasée. Recasé aussi le fiston-à-pistons (44 ans cette année) qui engrangeait déjà, à l’âge de 30 ans, les titres de « Directeur com’ de LVMH, d’administrateur du groupe, membre du conseil de surveillance des « Echos », le torchon du papa. Quant aux autres petits Arnault, pas de soucis non plus : ils ont bénéficié aux premiers jours des cours particuliers de français d’une certaine Brigitte Macron.

Bernard Arnault (2).

Perso, je n’ai aucunement besoin – contrairement à la main mise de B.Arnault sur la pub-presse – de LVMH pour ma petite propagande. Elle vit toujours sans la diarrhée publicitaire. Et je rajouterai que, pour la rédaction de mes billets, je ne compte que sur moi et sur mes lecteurs et abonné(e)s. Du coup, je n’ai pas à surveiller mes arrières. Ce que Fakir aurait du faire en repérant les taupes de Bernard jusque dans son équipe. Rappel : les puissants sont puissants, très puissants.

JDD (Journal Du Déchet)

Le journal dominical de Lagardère risque de passer dans les mains de Bolloré. Fini l’appelation JDD, torchon-Lagardère. Mais au grand Bazar du journalisme de préfecture, il y aura ce nouveau rayon JDD la Serpillère-Bolloré. Et si vous insistez, le gros titre est prêt : « JDD, le Journal Du Déchet ».

François Béranger.

Et comme on a, jusqu’ici, beaucoup parlé de nourriture et de bouffe, continuons par une analogie signifiante chantée par l’éternel François Béranger : « Aux Bouffons« . Aussi, plutôt que le mot d’ordre « Mangeons les Riches« , je proposerai dans la lignée du chanteur, celui plus incisif de : « Bouffons les Bouffons« .

5 Responses to Bouffons les Bouffons.

  1. Un partageux dit :

    En bouffant du bouffon j’aurais peur de contracter la maladie de la vache folle… Alors je les servirais plutôt en déjeuner à nos amis vautours fauves : leur système digestif dégrade même le prion ! Ainsi on serait certains de ne jamais transmettre leurs tares…

  2. lolo dit :

    Ce texte est pertinent, avec son lot d’informations de partout, et dieu sait qu’il faut connaître ses ennemis pour mieux les appréhender, ou abattre.
    En plus du travail finement synthétisé, il y a toujours cette prise de vue amusante sur les faits et le piètre spectacle qu’on nous sert tous les jours. Ça me fait sentir moins seul dans ce monde de fous.
    Alors pour ça, je dis merci Bibi !

  3. BiBi dit :

    @lolo
    Il faut une bonne d’humour pour supporter toutes les conneries (le mot est faible) ahurissantes et hallucinantes de la Macronie. Il faut cependant essayer de garder le cap de l’analyse en allant chercher les infos dans les moindres recoins.
    Perso, ayant vécu ici dans ce blog les ères Sarkozy et Hollande, je vois un glissement de plus en plus marqué vers l’extrême-droite. Une violence policière au même niveau que les violences sociales (retraites, sécurité sociale). Mon humour devient plus méchant.
    Une remarque : vu l’état de ce libéralisme qui pousse plus que jamais aux mesures économiques drastiques, au niveau politique En Marche a d’énormes difficultés : il ne peut plus utiliser l’esbrouffe de Frondeurs-bis ou de pseudo-dissensions comme à l’UMP/LR pour nous faire croire à la liberté de parole dans leur groupe. D’où une intransigeance inouïe et un humour-bibi qui tente d’être à hauteur. 🙂

  4. […] Bouffons les Bouffons. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *