Portugal : le football de l’Intranquilité.

Miracle au Portugal Avril 2004 : BiBi venait juste d’acheter un nouvel écran 16/9. Il s’entrainait dur pour… regarder l’ensemble des matches télévisés de l’Euro 2004 prévu au . Nous étions en effet à deux mois du match inaugural de la compétition remportée par la Grèce grâce à un jeu défensif désolant mais très au point.
BiBi essayait tout juste la panoplie du parfait supporter des Bleus lorsque l’Affaire démarra. Pas une petite affaire que ce Scandale au joli nom du . Furent mis en examen… excusez du peu !… le Président de la Commission d’arbitrage de la Fédé portugaise (FPF), José de Sousa (inculpé de 21 délits) et Valentim Loureiro, Président de la Ligue portugaise du ( inculpé de 22 délits). L’enquête portait sur un trafic d’influence dans les milieux d’arbitrage portugais, de matches truqués. Valentim Loureiro, maire de la petite ville de Gordomar, ancien président de Boavista, passera trois nuits en prison, versera 250.000 euros pour en sortir. Il n’en perdra ni sa morgue ni son arrogance. Acclamé par un millier d’imbéciles, il déclarera : «  Je sors la tête haute. Je me sens parfaitement à l’aise pour faire face au futur ! ». Ah cette arrogance des Puissants !L’enquête concernera 171 personnes ( dont 27 présidents de club, 110 arbitres,28 membres de la Ligue, 2 Maires, 4 hommes d’affaires).
Faute de preuves, la Justice portugaise abandonne les poursuites. Pendant ce temps, les clameurs des stades portent le Portugal en finale. Et les Puissants du de ce pays vont continuer tranquillement à menacer les journalistes, poursuivront le financement des groupes de délinquants pour qu’ils organisent au mieux les Clubs de Supporters, achèteront les élus locaux et pomperont le max d’argent public.
Toujours en 2004, José Mourinho fait monter sa côte en battant l’AS Monaco (3 à 0) en finale de la Ligue des Champions ( avec l’équipe de Porto aujourd’hui sous les projecteurs de la Justice portugaise).
Le « Livre de l’Intranquilité » (de Fernando Pessoa) est le récit du désenchantement du monde, la chronique de la dérision et de la sagesse mais aussi de l’affirmation que la vie n’est rien si l’art ne vient lui donner un sens. Le Club de l’Intranquilité ( le ) est le club qui signe aujourd’hui le récit du désenchantement du Foot portugais et l’Art des Corrupteurs vient lui donner tout son sens ! Un art poussé à son paroxysme. Jugez plutôt :
Le Pape de Porto, Jorge Nuno Pinto Da Costa, président du club depuis 1982 va intégrer le Gotha du Foot après la participation à une première finale européenne ( perdue contre la Juve) avant de gagner la seconde en 1987 grace au talent et au talon de Madjer. Sans oublier 8 championnats, une Coupe de l’UEFA à Séville en 2004 et une Coupe Intercontinentale en 2003.
Notre cher Pape, bon pied, bon œil, malgré ses 70 ans, ami d’enfance de… Pinto Da Sousa, est accusé d’avoir payé l’arbitre du match Beira-Mar – Porto du 18 avril 2004 comptant pour la 31ième journée du Championnat. Deux jours avant ce match nul, le Pape et son ami, l’homme d’affaires Augusto Auraujo, avaient donné leur bénédiction à l’arbitre de la rencontre Augusto Duarte en glissant 2500 euros dans ses poches. Le Pape se défendra : «  C’était une discussion d’amis ». Un Ange passe !
Le Pape fit ensuite deux miracles. Faisant escale probablement à Fatima, il bénéficiera des grâces des Juges avec deux non-lieux.
Mais Dieu lui imposera une nouvelle épreuve en janvier 2007. Le Tout-Puissant tira le président diabolique par la queue lorsque son ex-maitresse, , l’accusa d’avoir fourni moult cadeaux, bijoux, argent et prostituées aux … corps arbitraux. Revoilà donc notre Pape sous les foudres de la Justice comme accusé de trucage de matches en 2003/2004 (FC Porto – Estrela da Amadora et Beira-Mar – FC Porto). Il serait intéressant d’aller interroger José Mourinho sur les différents présidents qu’il a côtoyés ( Mais hélas BiBi n’en a ni le temps ni l’argent !) : Pinto da Costa, … Si on lui ajoute , cela fera au modeste José une très très très belle carte de visite non ?
Deux autres clubs sont dans la ligne de mire des Carabiniers portugais : le Boavista ( actuellement 10ième du classement) et Uniao Leiria ( 16ième et dernier). Ils sont soupçonnés de «  consommée » alors que les Dragons de Porto devraient n’être accusés que de « tentative de corruption ». Le procès qui aura lieu avant l’été pourrait voir le FC Porto pénalisé de 6 points ( il en a 16 d’avance !) ou – au pire – être rétrogradé en seconde division.
La formation tripeira serait alors dans l’impossibilité de retenir ses meilleurs joueurs. Le Real(politik) de Madrid est sur les rangs des vautours pour acheter Ricardo Queresma. José Bosingwa est déjà annoncé à Manchester United.
Matches truqués à tous les étages, corruption à tous les niveaux, pompes à fric généralisées, affaires de blanchiment, de fraudes fiscales liées aux transferts de plusieurs joueurs du FC Porto.
BiBi n’a pas d’illusions sur le Milieu du terrain. Mais il aime le Portugal.
BiBi aime Fernando Pessoa et son Livre, il aime le Fado, les plages de l’Algarve, le Porto dans les verres à ballon et il a confiance en Maria José Morgado, présidente de la Chambre d’Instruction criminelle du Tribunal de Port-Nord.

2 Responses to Portugal : le football de l’Intranquilité.

  1. RIBEIRO dit :

    vraiment à mourrir de rire. 3 ans d’écoute téléphonique et tout ce qu’on trouve deux matchs contre des mal classés quand porto était déjà champion !!!!! il vaudrait mieux chercher qui a commandité l’enquête !!!!!!! par ailleurs sachant que tous les clubs sans excéption font des faveurs aux arbitres ( ce qui ne signifie pas forcémment corruption ) pourquoi l’enqu^te n’a été que sur des clubs du nord du pays?

  2. BiBi dit :

    C’est vrai que l’enquête n’a porté que sur des clubs du Nord du pays mais va t-on excuser des voleurs parce qu’ils ne sont pas les seuls à voler ? Va t-on les innocenter en attendant que la Justice arrête puis juge TOUS les voleurs ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *