Le football en Noirs et Blanc.

Lilian devient tout rouge. Quelques supporters de l’Equipe de France de foot deviennent tout vert. Blanc ne serait pas tout noir et (Blackart ?) serait à mettre au placard. Ben, non, promis, juré, il n’y a pas de racisme dans le foot. Tout ce foin, c’est à cause d’une mauvaise manipulation du téléphone arabe.

Pas de racisme en France : Vive la France colorée qui gagne ! Vive le Football libre, comme le proclame Nike.

François Blaquart, le nouveau Directeur Technique National du Foot français fournit une jolie pr(ot)estation devant les révélations de Mediapart :

«Si vous me prouvez que ça a été écrit, que vous avez un document, que vous l’avez récupéré ou que quelqu’un peut témoigner en ce sens, moi je veux bien l’entendre. Mais en aucun cas de manière officielle, de manière écrite, de manière rapportée, ça n’a été évoqué». (Source : L’Equipe du vendredi 29/04).

Ben, oui, c’est ça le téléphone arabe. On dit «noir» derrière, en off et on est tout blanc devant. Quoi ? On a le droit, non ?

En Espagne aussi, on n’est pas raciste.

1. En 2006, Samuel Eto’o était victime de propos racistes lors du match Saragosse-Barça. Résultat de la protestation unanime de l’Espagne footballistique ? 600 euros d’amende pour le club de Saragosse. On poussait des cris de singe dès qu’il touchait le ballon. Il y a une dizaine d’années, au Bernabeu, on pouvait voir un drapeau avec croix gammée derrière les buts.

2. Luis Aragones, entraineur de l’équipe nationale, avait traité Thierry Henry de «noir de nègre». «Je suis obligé de motiver mes joueurs pour obtenir les meilleurs résultats possibles, disait-il pour sa défense, mon travail est d’utiliser un langage familier, pour que nous puissions tous nous comprendre». Résultat de l’affaire : 3000 euros d’amende pour le bonhomme (une journée de salaire). Effets de cette affaire ? Le Monsieur continue avec des propos encore plus insultants : «Je suis un bouc-émissaire dans cette affaire, je ne mérite pas cette amende».
Aujourd’hui – d’après Mediapart – Laurent Blanc aurait déclaré que «les Espagnols disent : «Nous, on n’a pas de problèmes. Des Blacks, on n’en a pas».

En Allemagne, en 2009, le joueur ghanéen Gherald Asamoa de Shalke 04, avouait souffrir des insultes et de cris de singe lorsqu’il se déplace en ex-RDA : «Malheureusement, ce genre de choses revient toujours en Allemagne de l’Est».

En 2006, l’histoire avait fait grand bruit quelques heures : Leipzig affronte Halle avec un joueur nigérian, Ogungbure. Les insultes fusent : «Nègre», «Bimbo» et autres paroles racistes. Il se fait cracher dessus. À bout de nerfs, le joueur lève la main et imite le salut hitlérien. À la fin du match, des supporters déferlent sur le terrain et l’attaquent. Le service d’ordre – pourtant composé de 450 personnes – n’intervient pas. «Je n’ai jamais vu personne en Allemagne cracher sur un chat ou sur un chien – pourquoi sur moi ?». La loi allemande interdisant le salut hitlérien, Ogungbure a du répondre devant la justice de son acte.

Pour l’Angleterre, qu’on ne nous refasse pas le coup de la Grandeur de la Tolérance britannique. C’est vrai que la Premier League a été extrêmement pacifiée, qu’elle est devenue très civilisée mais c’est parce que Financiers britanniques ont de gros moyens économiques et une politique d’image (télévisée) à défendre (contrairement aux divisions inférieures où ça sent le soufre). Les familles de Victor Obinna et Frédéric Piquionne ne sont pas forcément d’accord, elles qui suivaient le match West-Ham-Manchester United depuis les tribunes d’Upton Park. Elles ont entendu des insultes à caractère raciste dans les travées du stade (match du 4 avril 2011).

En Ecosse (match Ecosse-Brésil en mars dernier), des supporters ont jeté une banane contre Neymar, le prodige brésilien. Ne parlons pas de l’Italie, le billet BiBi serait trop long.

, notre Ministre des Sports, trouve ça «inimaginable»! Joueurs, dirigeants, patrons de centre de formation crient unanimement au scandale. Bah ! Dans 15 jours, tout sera oublié : la fin de saison de Ligue 1 s’annonce passionnante, Barça-Manchester United sera une très belle finale avec un audimat exceptionnel. Michel ne promènera plus sa tristesse et ses airs de légende et Sepp continuera de proclamer qu’il n’est pas raciste : la preuve, hein ?, il a offert la Coupe du Monde au Qatar. Allez, BiBi, au billet suivant !

4 Responses to Le football en Noirs et Blanc.

  1. mtislav dit :

    « S’il y a bien un lieu en France où le racisme n’est pas la priorité, c’est bien le Foot » (lu sur un com’ d’Europe1.fr).

  2. BiBi dit :

    @mtislav
    Aucun champ n’échappe à la lepénisation des esprits, y compris le champ sportif. Cet auditeur doit vivre certainement sur la Planète Bisounours.
    Sur l’affaire (Laurent) Blanc et Noirs, je pense que Médiapart y a été avec de bien gros sabots. Blanc a eu des propos à la limite de la stupidité et du préjugé raciste (« Les Noirs seraient grands et costauds »). Il a quand même dit que s’il y a des noirs qui veulent jouer pour la France et qu’ils en ont envie, il n’y a pas de problème. Quant aux propos de Mombaerts et de Blaquart, ce n’est pas de la stupidité, c’est beaucoup plus.

  3. mtislav dit :

    On ne saurait mieux dire.

  4. bembelly dit :

    Bel article
    J’avais pas vu! (je le note)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *