The Rififi Lacan Day.

*

fut une prodigieuse lectrice- critique-essayiste-traductrice. Mariée au psychanalyste Michel de M’Uzan (lire «L’Art et la Mort»), elle écrivit sur Freud deux tomes chez Payot : «La Révolution Psychanalytique», idéal pour entrer dans les méandres du Viennois.

Et c’est en ouvrant son livre «La Vérité littéraire» que BiBi eut une pensée rigolote (et sympathique) envers les Lacaniens et Lacaniennes (1) qui célèbreront le 30 ième anniversaire de la mort de en ce mercredi 6 septembre.

Comme @aubedelune, appelons ce jour : le Riffifi Lacan Day.

«Le jour anniversaire de leur naissance ou de leur mort, nous célébrons volontiers nos Saints Patrons en nous replongeant dans la lecture de leurs œuvres. C’est apparemment un exercice de piété qui, comme tous les autres, indépendamment de leur but, s’impose sans explication. Il est simplement conforme à notre religion et nous l’accomplissons comme si nous croyions réellement que dans on ne sait quel ciel réservé aux écrivains morts, cette sorte de dévotion fera plaisir aux intéressés, ou peut-être même qu’elle nous sera dûment comptée» (Marthe Robert. La Vérité littéraire. Grasset. Page 132).

*

(1) BiBi pense particulièrement aux supporters de Lacan (qui avait l’humour très très lourd pour BiBi), abonnés de Twitter et à quelques autres perdus dans la Pampa mais retweetés chez lui :

@aubedelune, @dom3, @Kitri1 @AlephFreudLacan, @eugeniainparis, @luisruggi, @allerarom, @inlac69, @PatricioAlvz, @sevelaurent, @LaudupPsy, @Hespere, @eduasca, @annickboucheny, @fources, @nouage, @isagalland, @mbelilos, @jamplus, @Roseau_pensant, @eoik, @laBrodsky, @midite etc etc

A lire aussi dans ce blog :

4 Responses to The Rififi Lacan Day.

  1. Aubedelune dit :

    Tout d’abord cher Bibi, le rififi sera le 6 septembre, quelques jours avant la date du décès de Jacques Lacan, deuxièmement étant à l’initiative de cet « rififi » je te dirais q j’ai été beaucoup plus porté par mes racines mexicaines et le rapport que cela a avec la mort, moment de passage et de transformation ., une continuité et oui, nie fête d’avoir vécu ! Au Mexique nous fêtons nos morts pour ne pas oublier ce que d’eux nous avons toujours gardé en nous. Les morts, comme Lacan et tant d’autres sont bien plus pénates là où ils sont, là où leur énergie est allée se poser comme des papillons au delà. Je suis d’accord avec toi que c’est une célébration des mortels, et de l’encombrement de leur souvenir d’un manque qu’ils trainent encore jaloux ici bas! j’admire l’ouvre de cet homme car il a su être unique et éveiller encore tant de rififi autour de lui ! Tu l’honores aussi à ta façon et lui danses sin cancan. Par respect à ceux qui portent un deuil de lui et de sa personne, nous avons changé la date du rififi car ici la mort se porte autrement et ça je le respecte. Besos @aubedelune

  2. BiBi dit :

    @aubedelune
    Lacan et son enseignement ont toujours été pour moi très importants, voire incontournables. Les attaques contre Freud et Lacan sont dérisoires (certains anti-psy – d’Onfray aux comportementalistes -ont vraiment du temps à perdre) : laissons les ruminer.
    Cela dit, Lacan ne m’a jamais fait rire et ses jeux de mots non plus. Ben, non, ça ne marche pas.
    En revanche ce qui est drôle, c’est que son retour à Freud ait ignoré le livre de Freud sur « Le mot d’esprit et son rapport à l’inconscient ».

    Voyez vous : un simple sketch de Raymond Devos vaut mieux – pour moi, hein ? pour moi – que dix séances sur le divan.
    Enfin, à relire ce texte de Marthe Robert que j’aime bien, il n’y a rien contre cette célébration. Plutôt un regard amusé sur cette façon universelle de penser à nos morts et de panser nos maux de vivants.
    Besos back.

  3. Il existe un petit livre de Philippe Sollers, paru en 2005 chez Navarin, avec postface de Jacques-Alain Miller, intitulé « Lacan même ».

    J’ai eu JAM comme prof de philo en fac à Besançon et j’ai toujours aimé Lacan passent les cigognes.

  4. BiBi dit :

    @Dominique Hasselmann
    Non je ne l’ai pas lu mais merci pour la recommandation. En des temps éloignés, j’ai lu le JM Palmier ( Lacan chez JP Delarge),Catherine Clément (Vie et légendes de Lacan chez Grasset).
    Ah et puis, y a ce grand Monsieur : JB Pontalis et son petit bijou (« Après Freud »). Ajoute z-y ses derniers livres en Folio. Pas besoin d’un divan pour les lire : -)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *