Deux films au secours de BiBi.

Maman j’ai raté le Kung-Fu

BiBi se sert du dans son travail éducatif. Il se souvient récemment d’avoir eu à faire du joint entre les enfants/adolescents dont il s’occupe et les histoires que le hasard cinématographique lui a fait rencontrer.

La première de ces rencontres fortuites fut ce film regardé en DVD avec Julien, un marmot de 12 ans, toujours en demande insatiable, toujours en besoin de lait maternel pour combler vide, trous d’amour et trous d’air. A la rescousse de BiBi, il y eut cette magnifique entame tombant à propos de ce film  » Maman, j’ai raté l’avion » où le petit héros, propriétaire provisoire de la carte bleue de son père, ratant l’avion que toute la famille a pris, va pouvoir réaliser tous ses rêves. Il s’en va dans la plus belle des villes (New-York), va viser le plus bel Hôtel ( le Marriott), réservera la plus belle chambre de ce plus bel hôtel, commandera le plus merveilleux des repas, la plus énorme glace devant la plus belle des télévisions, tout ça dans le lit le plus douillet au Monde. Tout cela durera quelques jours et, dis-moi, Julien, que crois-tu qu’il arrivât à notre petit héros ? »

Julien, un peu dérouté, hausse les sourcils et les épaules : « Ben , chai pas ! » BiBi insiste et lui remémore le film.  » Ah oui, oui, ben… il s’ennuie ! » Exact ! C’est Julien lui-même qui a tiré la leçon biblique de la vision du film. C’est que – Dieu nous garde – il vaut mieux que jamais le Paradis ne descende totalement et définitivement sur Terre car au Paradis, dans cet endroit où les Humains ont tout ce qu’ils veulent – Julien l’a compris momentanément – on s’y ennuie à mourir.

Le second film venu en appui éducatif de BiBi fut ce dernier chef-d’oeuvre de « « , joli dessin animé qui conte l’histoire d’un Panda aux ordres de son père, restaurateur et maitre dans l’art de faire cuire les nouilles et les spaghettis. Le discours paternel est répétitif jusqu’à l’overdose : « Fiston, tu prendras ma succession au Restaurant ! » Bien évidemment, tout est écrit et résumé dans ce seul ordre. Or, notre Panda, un peu balourd, rêve d’autre chose : il veut être le Prince de Kung-Fu. Au final, après beaucoup d’épreuves, il réussira  à trouver un chemin singulier dans la vie, hors du Commandement initial de son père. Le Père, fier au final du rejeton, ne lui en voudra pas d’avoir désobéi.

Oui, cela n’a l’air de rien mais re-commentant avec conviction le film à un pré-adolescent qui ne cesse de se réclamer de la prison de son père ( Kévin  répète à tous qu’il veut faire comme son père qui a racketté, qui a piqué à droite et à gauche etc.),eh  bien, BiBi, lui, pense que ce n’est pas rien

One Response to Deux films au secours de BiBi.

  1. Marie dit :

    Non, je n’avais pas vu la rubrique Bibi éducateur… beau boulot, pas éloigné du mien (instit spé, mais maintenant, je travaille en MDPH). OK pour un lien vers mes photos, sans souci… (désolée pour le retard !)
    Bonne journée
    Marie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *