Tag Archives: Pujadas

MES IDEES FIXES : inventaire.

Un des reproches qu’on me fait, c’est que je parle souvent des mêmes choses, que je ressasse, que je maugrée et grogne toujours contre les mêmes personnes, contre les mêmes Officines, contre les mêmes adversaires. Par contre, ceux qui me le reprochent ne s’étonnent pas de la différence d’échelle énorme entre la propagande pilonnée chaque seconde par les instances qui nous gouvernent (presse moutonnière, chaines de la honte, rédactions à genoux etc) et ma très très petite influence de blogueur et de twitto qui va en sens contraire.

Idée fixe donc : Checknewsfr.

Le respect de Liberation à ses lecteurs.

Oui, je n’arrête pas de tarabuster les instances qui ont pour but de traquer les fakenews. Faut dire que j’ai très mauvais esprit, restant persuadé que leurs choix de fakenews des gueux sont là pour cacher les fake des riches et des puissants. Mais contrairement au «dégoût» que j’incarne à leurs yeux, perso, je les estime beaucoup… surtout quand ils me donnent les chiffres des montants en dollars que l’entreprise privée FaceBook leur alloue chaque année (245000 dollars en 2018 et 236.000 dollars pour 2019 quand-même pour le prix de leur « indépendance » !)

Le problème avec ces loulous, c’est que, chaque année je m’épuise à les leur demander. Donc j’insiste, je pilonne, je répète la même demande, je me répète à me répéter. Cette fois-ci encore, ma demande d’infos porte sur le montant reçu en 2020 à propos duquel ils me réservent… une «sacrée surprise»! Ce qu’ils n’ont pas compris (ne veulent pas comprendre) c’est qu’il ne s’agit pas d’un problème personnel entre eux et moi mais d’une question politique. Question d’importance sur ce qu’ils retiennent comme «fake» (et donc digne d’être traité et analysé par eux) et ce qu’ils estiment être des infos insignifiantes. Travail de censure toujours agréé par Facebook quels que soient les intentions, la «qualité» de leurs travaux et la sueur qu’ils y mettent.

Idée fixe sur les Décodeurs.

Chez les Decodeurs, eux aussi traqueurs de «fake» (dépendants du Monde de Xavier Niel), on est plus radical encore. On a beau insister, pilonner, répéter, lancer tweet sur tweet pour qu’ils donnent le montant de leur soumission (et non de partenariat) à FaceBook, ils se taisent. C’est pratique, non ?

Mais ce dont ils ne se doutent pas, c’est que cette omerta prolongée est de plus en plus parlante.

Idée fixe sur l’AFP.

J’insiste, je pilonne, je répète, je lance tweet sur tweet contre le tri des infos de l’AFP qui se veut, elle aussi, une instance objective, neutre (avec rayonnement jusqu’au delà de nos frontières).

Avec eux, j’insiste, je pilonne, je répète, je lance tweet sur tweet dans le but de renseigner mes lecteurs et mes lectrices sur Frédéric Fries, celui qui commande l’Officine (ici article d’Acrimed) et sur la photographie mise sur le compte Twitter 2017 de leur Chef du Service Politique : un Macron triomphant. Pas besoin d’en dire plus mais il faut le dire encore.

Idée fixe princeps : le JDD.

Pour s’excuser, Gattegno fait son fiérot
avec ce « grâce à nous » !!

Pas de lecteur du JDD (Journal Du Dégoût) plus assidu que BiBi. Mes premiers billets sur ce torchon datent déjà de 2008 ! J’insiste, je pilonne, je répète, je lance tweet sur tweet en contre-propagandiste acharné. Car il me faut l’avouer, la journaille Lagardère et leur chef d’équipe Hervé Gattegno continuent de me débecter régulièrement. Ils ont fait fort en 2020 et, plus encore, avec leur Une de dimanche dernier suivie des piètres excuses du Chef. (Extrait ci-dessus).

Juste pour insister, pour pilonner encore, je repose ce medley des Unes 2020 qui situera le niveau de mes nausées.

D’autres insistances, d’autres répétitions coutumières portent sur l’inclusion hebdomadaire chez eux de l’incontournable sondage. Une présence répétitive insupportable qui a pour but de nous faire croire que les résultats de leurs sondages seraient les vrais reflets du Réel.

Jean Quatremer.

Monsieur Jean est un invité inamovible de France Info, de la rédaction d’Arte et il s’occupe de notre Europe libérale bien au chaud à Libération. Une figure contre laquelle jamais un(e) de ces intellos de gauche radicale ne lui est opposé. Donc que faire d’autre si ce n’est d’insister, de pilonner, de répéter, de poser et reposer son fameux tweet pro-Macron dans lequel tout est dit et… doit être redit.

Edouard Philippe.

J’insiste, je pilonne, je répète, je lance, je pose, je repose tweet sur tweet cet encart à propos d’Edouard Philippe, de sa femme Edith Chabre, de leurs liens avec Sciences-Po Paris et avec Le Havre. J’insiste, je pilonne, je répète, je lance, je pose, je repose tweet sur tweet : silence assourdissant sur toutes les lignes médiatiques. C’est qu’il ne faut pas déranger Monsieur, Madame et la belle institution qui accueille les amis de Monsieur Olivier Duhamel.

Giudicelli, le Maire de Vichy et La Montagne-Vichy.

Mr C. Giudicelli est juré dans le Jury littéraire finacé par la Ville de Vichy. Giudicelli est un pote de virée pédophile de Gabriel Matzneff. Je n’ai rien inventé. Tous leurs badinages obscènes sont écrits en toutes lettres dans les ouvrages du pédocriminel (1983 !). Ils sont connus depuis de nombreuses années des maires de Vichy (Claude Malhuret et Frédéric Aguilera financeurs du Prix) et des membres du Jury. Devant cette omerta incroyable, que faire pour obtenir la démission du pédophile si ce n’est d’insister, de pilonner, de répéter sans relâche, de continuer de lancer tweet sur tweet.

Le Siècle.

Ils sont 700 membres. Voilà qui fait du monde, beaucoup de beau monde. Les révélations de Camille Kouchner visaient son beau-père, Olivier Duhamel, qui se trouve être un conseiller régulier de l’Elysée, un ami des dirigeants de Sciences Po et l’(ex) Président du Siècle. Mon insistance sur Le Siècle est simple : quand par exemple, Pujadas, membre du Siècle, interroge Jérôme Jaffré, membre du Siècle, sur LCI (La Chaîne Immonde), pourquoi ne nous disent-ils pas s’ils étaient au courant (ou non) des actes de leur ami président ? Et me voilà, une fois encore, à insister, à rappeler, à lancer tweet sur tweet pour demander quelle était la teneur des conversations à la table du Siècle entre Laurent Joffrin, membre du Siècle, Denis Olivennes, membre du Siècle et Olivier Duhamel du Siècle.

*

On peut espérer que, l’an prochain, tout cela me prenne un peu moins la tête et un peu moins de temps. Et qu’au bout du compte, après mai 2022, je puisse avoir un peu plus d’idées volantes et… un peu moins d’idées fixes.

Nous sommes la Rage et le Courage.

« La Première dame ne sort guère plus. La plupart du temps, elle déjeune dans son bureau, sur la table de réunion, avec le conseiller présent ».

Quand tu lis ça, tu vois Marie-Antoinette à Versailles avant la fuite du Roi et avant son arrestation à Varennes. Sauf qu’aujourd’hui, tu n’as pas la conclusion : l’analogie s’arrête là. La tête de Macron, branlante certes, est toujours sur ses épaules. La différence est là : le confinement à moitié souhaité, à moitié décrié par le même Macron, interdit toute manifestation, toute protestation extérieure. Mais la rage est là. Elle se repère dans les réseaux sociaux consultés un peu plus que d’ordinaire.

Ailleurs, dans les Télévisions de la Honte, que voyons-nous ? Des «débats» autour des animateurs présents, omniprésents. Ils invitent des experts à la botte, dépolitisant tout problème. Enumérons-les : médecins, sondologues, infectiologues, onctologues, dermatologues, psys, sociologues qui tournent comme des girouettes, squattant les micros, envahissant nos images.

Verbiage de nos perroquets.

France Info se dit au plus près des soignants et des malades. La Radio démultiplie les témoignages autour des souffrances en nombre (autour du manque de sommeil, des animaux, des enfants confinés, de la solitude, de la promiscuité, des liens familiaux, des enterrements, des livres à lire, des musiques à écouter, des initiatives bienvenues etc). En a t-on entendu des paroles de ceux et celles qui vivent cette terrible épreuve qu’est le COVID19 ! Comment ne pas s’y reconnaître ? Il n’est personne qui y échappe – à des degrés divers.

De la mort, du mourir, de la chance et de la malchance, de la protection ou de l’exposition, du risque maximal au retrait qui préserve, les Médias en font leur soupe quotidienne. Ils répondent aux questions, ils donnent des réponses (approximatives ou précises), on remercie Paul et Tristan, on salue Pierre et Virginie pour leurs appels si émouvants. On remercie les auditeurs qui, à leur tour, remercient le Media si bon, si bienveillant. Merci pour votre fidélité, merci pour votre confiance en ces temps difficiles. On va jusqu’à clamer, chaque matin, les taux d’audimat, on s’enorgueuillie de détenir des informations inédites. Ecoutez notre expert du jour. Regardez nos chiffres du jour. Tout ne va pas si mal : regardez ailleurs... Habituelle propagande du « La Politique du Pire, c’est ailleurs. Du coup, hein, ce n’est pas si mal ici ».

Au Top de l’Obscénité de ma semaine.

Chritophe Barbier sur la Chaine de l’évasion fiscale plastronne en se faisant le… chantre de la solidité de notre Service Public et fustige les Vilains qui osent demander de la coordination, de la Planification. Les Vilains Collectivistes.

Jean Quatremer, l’imbécile de Bruxelles, solidement arrimé à Libération, hausse les épaules : «Pourquoi s’affoler ? Il n’y a que 100.000 morts». Gens de rien qui ne comptent pour rien.  Vous tous d’âge avancé, vous pouvez crever. Qui s’en souciera ?

Hubert Huertas, la journaille molle de MediapartExcusez le pléonasme» diront certains) sort ses couteaux aiguisés et les plante dans le dos des enseignants qui ne veulent pas reprendre le 11 mai. Avec l’odieux argument de la division : «Regardez les Caissières, les soignants, les éboueurs qui vont au charbon, est-ce qu’ils se plaignent ?».

Propaganda.

A France Inter, le summum de la Propagande se fait sous formes d’inserts sur le COVID19 avec toutes les pubs gouvernementales. Se laver les mains. Les masques. Ne pas se frotter les yeux. Distance à respecter. Avec une conclusion inéluctable, mille fois répétée aux heures de plus grande écoute: «Ceci est un conseil du Ministère que vous pouvez retrouver sur Gouv.fr ». Sans évoquer les autres inserts avec éloges de nos grandes Sociétés Humanistes. Grandes Sociétés d’Assurances. BNP Paribas. Etc.

Les questions des auditeurs, pourtant triées, laissent parfois passer quelques brèves remontrances sur la gestion de la Crise par le Pouvoir mais elles sont automatiquement reformulées par l’Animateur ou pire encore, elles sont suivies d’un rappel des paroles «fortes» de notre Président.

Indécrottable Stratégie de division. Diviser, voilà l’opération centrale et continuelle de la Propagande qui, sans paradoxe aucun, bannit les uns et glorifie le même jour les autres. Du bon côté les enseignants qui reprendront le travail le 11 mai. Du mauvais, ces odieux syndiqués qui – comme toujours – foutent le bordel.

Des radios, des TV ouvertes à tout. A tout ?

Non, Radios et Télévisions passent leurs énergies dans l’incessante esquive. Ecoutez une journée nos radios publiques (France Info, France Inter). On vous y abreuve de témoignages vrais, indiscutables, émouvants. Mais ces interventions ont toutes un point commun : il ne faut pas nommer les Responsables. Les pleurs, les souffrances, ça va mais pas touche au Politique, pas touche aux responsabilités d’un Pouvoir qui met la Mort En Marche. C’est l’ obsession de cette Journaille : taire, faire taire toute parole qui remettrait en cause ce qui nous crève les yeux : l’énorme, l’incroyable désastre qu’est la gestion de Macron sur cette Crise sanitaire.

Le Royaume des Crapules et Doyens Medias.

Nous sommes au Royaume des Crapules médiatiques. Non qu’elles n’existaient pas auparavant. Mais aujourd’hui, elles bénéficient d’une exposition maximale, jamais vue, jamais autant entendue. Nos héros des semaines de confinement s’appellent Pascal Praud, Jean-François Achilli, les Grandes Gueules de Truchot-Marschall, les Brunet à la chemise brune, les Pujadas et Yves Calvi, les Elkrief et Jean-Jacques Bourdin. Sans oublier nos Seniors en Or.

Atteints par la limite d’âge, ils ne sont pourtant pas confinés chez eux. Car leur chez eux, ce sont les Studios où ils dorment jour et nuit, squattant la Parole, couvrant inlassablement les méfaits d’un Pouvoir aux abois.

Le Pouvoir justement (1)

Macron préparé

Macron navigue à vue, débitant mensonges sur mensonges. Un jour il exhorte les Français à aller au théâtre (Il croit encore à l’infaillibilité du Libéralisme) et un mois après, il envoie Brigitte plastronner derrière les écrans de VisioConférences. Elle prêche les gestes barrière – avec force photos du Torchon Lagardère- Paris Match – à ces Vieux de 70 ans et plus qui, pour son Mimi Manu, sont bons à jeter dans la fosse commune.

Le Pouvoir justement (2)

Souvenez-vous des deuxièmes parties des Quinquennats précédents. Sarkozy 2, passée l’esbrouffe de ses premières gesticulations, en perte de popularité, convoqua ses larbins pour essayer de gagner une partie des Intellectuels (relire ici cet article de Raphaëlle Bacqué du Monde célébrant en Sarkozy un fabuleux personnage de roman !)

Rappelons-nous de cet autre Président, ennemi de la Finance, voulant quitter sa panoplie de Citoyen Français moyen pour endosser celle du Président aux Gros Bras, s’en allant-en-guerre au Mali.

Idem pour Macron II : le voilà qui veut se « réinventer », qui veut « préparer le Jour d’Après avec une France Unie », lui, le Destructeur, le Matraqueur, le Démolisseur de nos Services Publics. Pour se transformer en Caméléon, il appelle à la rescousse ses Chiens de Garde. Mais, rien à faire, malgré son nez poudré et son bronzage du Touquet, il reste scotché à cette place qu’il ne peut quitter : celle du ringard, du puceau de 14 ans, théâtreux de la 4ième de son Collège amiénois.

Le Pouvoir justement (3).

Ils savaient mais ils se sont tus. Aujourd’hui, ils s’inquiétent. Ils ont peur. Ils manoeuvrent. Mais ils ont des atouts. Ils misent sur notre silence et notre confinement. Ils misent sur la division. Ils insultent. Ils pommadent. Ils disent Oui un jour, le contraire un autre. Ils disent le 4 mai, puis le 11 mai. Ils sortent les drônes. Ils surveillent. Ils passent commandes de LBD et gaz.

Ils s’inquiétent. Ils ont peur.

C’est que nous sommes la cocotte-minute de la Résistance.

Et indéfectiblement, nous sommes la Rage et le Courage.

Vive nos Medias !

******* Ils fêtent leur 70ème anniversaire ! *******

Qui ça ? Mais les présentateurs des Journaux télévisés, voyons. Ils s’agitent, se congratulent, font les Unes des hebdos. Et voilà que l’un raconte ses merveilleux souvenirs et que l’autre déballe ses quelques désagréments. Pour chacun(e), c’est toujours une joie non contenue. Pour ne pas être en reste, j’ai fait mon micro-trottoir. Un micro-trottoir qui s’est arrêté aux paroles de ma voisine. Magnifique Ode à tous ces hommes et à toutes ces femmes, à tous ces pionniers qui ont accompagné merveilleusement nos vies d’enfant, d’adolescent, d’adulte. Citons en vrac ces grands cireurs de pompes élyséens (que ceux que j’oublie me pardonnent) : François Gerbaud, Pernault, Pujadas, Ferrari, Bruno Masure, JM Cavada, Elkabbach, Françoise Laborde, Bilalian, C. Ockrent, Delahousse etc.

Sur Poivre d’Arvor…

*

Hélas, nous ne sommes plus en ces temps merveilleux de l’Info. Aujourd’hui tout a changé. Il ne faut plus écouter ces bateleurs, ces émissaires élyséens. Il faut surtout écouter… leurs silences. Car, oui, oui, oui, ils se taisent.

Prenons l’Officine du Monde, les @decodeurs. Nous en sommes au 170ème jour de l’année et malgré les sollicitations quotidiennes des internautes, ils continuent de se taire, de se terrer. Ils ne veulent toujours pas nous dire combien FaceBook les a payé pour leurs travaux de chasse aux fakenews (celles des Gueux) pour 2018. Un oubli ? Non. Un veto de Niel leur Boss ? Rappelons que leurs amis d’à côté, ex-Libedesintox, avaient reçu 245.000 dollars de la part du grand démocrate aux grandes largesses désinteressées, Mark Zuckerberg.

*

Silence analogue chez ces jeunes loulous de @Checknewsfr (Cédric Mathiot, Jacques Pezet and Co). Cette fois, leur silence porte sur le dépôt de la question suivante mise en ligne le 6 mai par un internaute. Toujours aucune réponse. C’est qu’il ne faut pas déranger Edouard Philippe dans ses travaux d’Hercule élyséens.



*

Un coup d’oeil sur France Inter et sa journaliste Fabienne Sintes. Là voilà qui, dès l’épisode de La Salpêtrière, se rebiffe contre ces odieux gilets jaunes qui envahissent et cassent cet Hopital. Sans précaution aucune, sans vérification (la base de son travail pourtant), elle poste ce tweet avec une célérité incroyable. A croire que, depuis novembre 2018, elle avait retenu une sacrée rage inside !

OK, tout le monde peut se tromper. Mais Fabienne Sintès aurait pu se fendre d’une excuse. Ben non, vous n’y pensez pas ! S’aplatir ? Avoir honte ? Pffftt. Chez les grand(e)s journalistes, ça ne se fait pas.

*

Entendu sur les Medias.

On parle beaucoup de Novlangue, de manipulations syntaxiques mais on continue dans les Medias à parler de « la crise des gilets jaunes ». Via mes tweets, je n’ai cessé d’interpeller Bruno Duvic, Delphine Simon, Yaël Goosz Yves Decaens de France Inter, l’hebdo Marianne, Karim Rissouli de C’est A Vous qui, tout tranquilou, usent et abusent de l’expression. Je leur ai demandé la raison pour laquelle ils ne disent pas dans leurs présentations : « la crise de la Macronie révélée par les gilets jaunes ». Silence. Bref, ils ne voient pas la différence entre ces deux expressions. Ayant avalé, depuis leurs premiers biberons journalistiques, la propagande macroniste, ils ne s’interrogent pas même une seule seconde sur cette manipulation.

*

L’obscénité (d’autres diraient : la saloperie) de la quinzaine médiatique revient à Eric Brunet de Radio Monte-Carlo et BFMTV. Il veut que l' »on soutienne Carlos Ghosn« , ce « grand patron qui est resté pour relever Renault« . Eric a mal à la France qui – pour lui – manque de reconnaissance à l’égard de ce magnifique Chef d’Entreprise. Cotisons-nous pour envoyer ce nauséabond Brunet au Japon et demandons aux autorités nippones qu’il le garde dans la même cellule que son admirable ami Carlos.

*

Les Medias oseront-ils dire que Stéphane Pallez, amie macroniste reconduite à La Française des Jeux a « contribué au redressement de France Telecom en tant que Directrice financière » en 2004. Ben non, faut pas. C’est qu’il y a en ce moment ce terrible procès France Telecom, avec le rappel de ses suicidé(e)s, de ses blessé(e)s à vie qui sont autant de mauvaises images de marque pour la France de la Macronie.

*

Enfin deux autres oublis d’importance. D’autres diraient Censure.

Toujours le silence sur le rôle de Nathalie Loiseau dans les affaires qui concernent la lanceuse d’alerte Françoise Nicolas. On touche ici aux malversations financières à l’ambassade du Bénin. A part le Media TV, silence à Mediapart, Politis, Marianne, Le Monde et autres grands Medias probablement trop occupés ailleurs.

Silence aussi sur le livre de Nicolas Grégoire (« Pas Avant le Deuxième Tour« . A commander sur Amazon) qui conte par de menus détails, aussi ahurissants les uns que les autres, le fonctionnement de la Machine Modem de François Bayrou.

Rien de mieux, pas vrai ?

Faut-il rajouter quelque chose d’autre ?

Non. A part ce bibillet n°1590.

*

En compagnie des Spectres.

BiBi

Je ne sais qui sont Miley Cyrus, Ariana Grande, Taylor Swift, Kim Kardashian (je me suis rendu sur Google pour lire leurs fiches Wikipedia – quand elles existent). J’espère ne pas avoir écorné leurs noms starisés.

Du côté des acteurs et actrices, j’ignore aussi qui sont ces professionnel(le)s de la Culture dont on me parle quotidiennement, ces personnages (connus des autres, je dois le supposer), ces célébrités sur lesquelles s’étendent (se vautrent) les Médias. Ça vient de partout, ça s’incruste partout, du panneau de pub aux clips-vidéos d’artistes s’engageant dans l’Humanitaire, des incises télés pour Dior ou Bleu de Chanel aux invités de Laurent Delahousse. Quand, par exemple, je suis à Paris, il y a ces terribles, ils sont terribles, terribles et effrayants ces panneaux et affiches qui couvrent le moindre centimètre carré des couloirs du métro.