Tag Archives: Balkany

Faire couple… (1)

Dans l'attente

Jean-Luc Godard, toujours aussi lucide, disait à juste titre que «lorsqu’on pensait à quelque chose, on pensait en vérité, dans le même temps, à autre chose». Ce propos du cinéaste me trottait dans la tête lorsque je découvris la récente initiative de l’Ecole de la Cause Freudienne via leur hashtag sur Twitter : deux journées de Colloque autour du thème #FaireCouple. Je me suis donc amusé à intervenir dans cette préparation en lointain visiteur (je ne suis pas psy) en délivrant mes photos(textes) sur le réseau social avec @pensezbibi. En voici quelques échantillons. 🙂

Il s’énerve, il pleure à chaudes larmes : c’est Thierry Gaubert.

*

Le JDD – via les écoutes de la Police – révèle que le 14 septembre dernier, les deux filles de Papa Gaubert se parlent au téléphone :

PaPa m’a dit.

–  Maman a tout dit au juge. C’est une folle.

–  Genre quoi ?

–   PaPa m’a dit : «Il faut que je vous en parle tout à l’heure» (…) PaPa m’a dit : «Vous allez vous retrouver à la rue à cause de votre mère. Et genre, IL AVAIT LES LARMES AUX YEUX QUAND IL DISAIT CA. C’était horrible».

Horrible, oui.

C’est vrai : c’est horrible, Thierry. Horrible de voir qu’on te délivre un réquisitoire supplétif pour subornation de témoin, horrible de te faire construire une Maison en Colombie où régnait une drôle de «débauche morale» ou encore de soulever des valises jamais assez lourdes. C’est horrible et pas gentil de dire à Hélène, ta jolie femme : «Qu’est-ce que tu as été raconter aux flics, il paraît que tu m’as balancé ? Tu es complètement folle, tu vas partir à l’asile». Cher Thierry, tu devrais au contraire féliciter ta belle Hélène pour avoir bravé l’Omerta.

La Vérité ? C’est à pleurer ?

Allez, sèche tes larmes, grand nigaud ! Pourquoi t’énerves-tu si fort lorsqu’elle donne – sans rétrocommissions – ta clé USB aux policiers ? La vérité ferait du bien à tes deux filles, non ? Pourquoi n’es-tu pas fier d’avoir été le témoin de mariage de tes amis Nicolas et Carla ? Et aussi pourquoi verses-tu tant de larmes lorsqu’Hélène évoque les dîners politiques dans ton appartement de Bagatelle où défilaient Sarkozy, la famille Hortefeux ou les Balkany ? Pourquoi pleures-tu encore lorsqu’elle évoque ta transaction en 1996 de la maison de Tourgéville (13 pièces à Deauville) au Mont Canisy, entre vendeurs et le couple Balladur ?

Pleure pas, Grand Nigaud !

Allez, ne pleure pas et n’aie pas honte, Thierry ! Tu aimes la campagne, ça doit être ça : campagne normande (où tu possèdes une si belle maison), campagne présidentielle. Tu les préfères à tes compagnes : Diane Barrière (la compagne des Casinos), de laquelle tu avais divorcée ou Hélène (la compagne de Yougoslavie)… Dommage.

Et dire aussi que tu ne regrettes pas de fricoter avec ce Claude Guéant qui insulte les Roumains alors que ton propre papa venait de là-bas. Dommage.

Sèche tes larmes, Thierry ! D’accord, il est fini le bon vieux temps où tu étais chef de cabinet adjoint de Nicolas Sarkozy au ministère du Budget mais la vie ne s’arrête pas pour autant. Tu pourras toujours te reposer dans ta belle Maison de Colombie, hein ?

Oui tout à fait, Thierry, pour tes gosses.

Allez pleure pas, Thierry, tout ça, c’est juste pour te dire que c’est dommage pour tes deux filles, Milena, Nastasia et pour ton garçon, Léopold. Dis, Thierry, tu y penses à ton petit garçon lorsque tu persistes à dire tous tes mensonges ?

Les Flèches pipolitiques de BiBi.

1. Mauvaises odeurs.

Titre du Figaro (26 octobre) : «Berlusconi affronte une nouvelle guerre des ordures». Toujours là, Silvio : les ordures durent.

2. Cool Balkany, coule.
Balkany a promis aux Seniors de Levallois une promenade gratuite en bateau-mouche. Il continue de mener ses électeurs en bateau. Sa devise : Fluctuat nec mergitur ( Traduction de la devise parisienne : « Il flotte mais ne sombre pas« ).

3. Petit suisse.
Trouvés dans le courrier des lecteurs de la Tribune de Genève (28 octobre), les propos d’un certain Jean-Marc Mooser : «Les mesures d’assainissement du Président Sarkozy sont nécessaires et même vitales : je dirais aux amis français qu’il y a un temps pour manifester mais ce n’est manifestement pas le moment». Seul hic manifeste, cher Jean-Marc : BiBi n’est pas de tes amis.

4. Femmes A Fric.
Sur les conseils d’Anne Méaux, Leila Ben Ali, la femme du grand Chef tunisien, accueille le Congrès de l’ «Organisation de la Femme Arabe». L’OFA en est à son troisième congrès avec, pour thème cette fois-ci : «La Femme arabe et le Développement durable». Il est probable qu’on y verra Yasmine Besson, la femme d’Eric, résidente de Marsa (le Saint Trop’ tunisien). Viendra t-elle parler de son mariage qui ne ferait pas que des heureux dans la famille ? Nous dira t-elle si son Union est sur la voie d’un «développement durable» ?

5. Maison close.
La création de «La Maison de l’Histoire de France», voulue par Chouchou pour redorer son blason auprès des Intellectuels de renom, rencontre une belle résistance. Les historiens comme Arlette Farge, Roger Chartier, Le Goff dénoncent cette opération. «Cette Maison a tout d’une Maison close» lâche Arlette Farge. Il ne reste plus à Sarko qu’à la fermer.

6. Saint-Raphaël !
Il ne s’en vante pas mais Raphaël Enthoven, philosophe, ennemi des blogs et bloggeurs, vient de faire une entrée triomphale dans le «Who’s Who», cette Bible qui célèbre le Ghetto du Gotha ! Félicitons notre bon Raphaël, animateur des «Chemins de la Connaissance», embarqué cette fois-ci sur… les chemins de la Reconnaissance ! A quand la Légion d’Honneur remise par Woerth ?

7. Les singeries de Sophie.
Sophie Marceau clame tout son amour pour Christophe Lambert dans Paris-Match : «Pour lui, je veux bien devenir une guenon». Quel dommage que la Star, supportrice de Sarko, n’imite pas son homonyme silencieux : le Mime Marceau.

8. Cartier de Deauville.
Bernard Fornas, PDG de Cartier International, a fait une grande partie de sa carrière chez Jean-Pierre Guerlain pour qui il a lancé le parfum Samsara. Récemment, Bernard a récompensé deux femmes noires (Birame Sock, américaine et Ann Kihengu, tanzanienne) au Women’s Forum de Deauville en ces termes : «Un moment vrai : ça me touche le cœur. Elles ont la rage de vaincre et de réussir». De méchantes langues (pas du tout celle de BiBi) disent qu’il aurait pu déclarer : «Pour une fois, vous vous êtes mises à travailler comme des négresses. Je ne sais pas si les négresses ont toujours tellement travaillé, m’enfin…».

9. Señor Soubie.
Raymond Soubie, 70 ans, ne prendra pas sa retraite. Il s’est réservé une place de choix chez ALIXIO et au Conseil Économique, Social et Environnemental (5000 euros net mensuels). Il a placé ses amis (Hervé Marseille, Yves Urieka, Patrick Bernasconi). Beau travail, Raymond ! Toujours grand Seigneur, le Señor Soubie !

10. Flèche de Cœur.

Innombrables sont les blogs et sites qui nous parlent de la Littérature comme refuge hors-temps. Le Site, «La Main de Singe», lui, garde les mains dans le cambouis et en tire des pépites (par exemple sur Gombrowicz). Patte velue, paume calleuse, Louis-Watt Owen tient son blog de main de maître. Son blog mérite vraiment un bon coup de main. «La Main de Singe» : un site au poil.


Pécresse perd la tête.

La classe de Valérie.

Maitre Nicolas ne supporte plus l’élève Pécresse qu’il a pourtant nommé lui-même déléguée de classe en Région parisienne. C’est qu’elle ne maitrise plus guère ses dossiers et ses exposés. L’hebdo «Politis» du 14-20 janvier rapporte que Valérie allait demander aux «grandes Ecoles qui sont sous la tutelle de l’Etat – Polytechnique et Normale Sup» d’instaurer «la gratuité de l’inscription au Concours pour les étudiants boursiers». L’élève Pécresse ignore que le concours de ces deux écoles est jusqu’à présent gratuit.

Valérie fait ses devoirs chez Copé.

L’élève Pécresse est allée faire ses devoirs à Meaux, la bonne ville de son copain Copé. «C’est un vrai bourreau de travail, apportant chaque jour une idée neuve» a-t-elle lâché. Il se murmure que le Jean-François Copé, un peu excédé, aurait tancé ainsi notre Valérie : «Je suis peut-être un bourreau mais toi, essaye de ne pas perdre la tête». La tête… de liste chez les Parigots-tête de veau, bien sûr.

Valérie dîne chez Balkany.

Chez Balkany, Valérie était accompagnée de ce cher et très drôle Santini (de la vieille école). Patrick a parlé de son fief : «Nos électeurs ont l’air de se foutre des Régionales» puis il a eu un petit mot gentil pour son «ami», Maître d’école à l’Elysée. Isabelle,  elle, a rappelé un de ses bons mots d’antan à Valérie : «Pour être élue dans une ville, il faut faire le trottoir». Mais le sujet du soir portait surtout sur le livre de Patrick. Au beau milieu du repas, le playboy des Hauts-de-Seine a brandi un exemplaire de son chef d’oeuvre et s’est exclamé avec emphase (en parlant de lui) : «Sachez que sous la peau d’un crocodile, il y a un cœur et un cerveau». C’est peut-être pour ça que BB, supportrice de Le Pen et amie des animaux, l’a adopté.

Attention, Valérie.

Un conseil pédagogique de BiBi : Valérie, attention à vos mauvaises fréquentations.

(La photo de Gala a été modifiée par BiBi-le-cancre… mais aurait pu être un cadeau-Copé)