Author Archives: BiBi

France Inter : humour et désespoir.

Humour pyramidal.

Ah l’humour, « politesse du désespoir » comme l’écrivait Boris Vian. Humour, politesse du désespoir mais ce sens-là de l’humour n’est pas partagé par tout le monde.

Léa Salamé et Nicolas Demorand du 7/9 de France Inter.

Trois rigolos qui rient… de nous.

Prenons les rires exotiques de Nicolas Demorand et de Léa Salamé intervenant tout de suite après une rubrique de Nicole Ferroni ironisant sur la politique de JM Blanquer. Tout juste après cette écoute, de quoi peuvent donc rire les deux inamovibles du 7-9 de France Inter ? De quoi rient-ils nos deux journalistes de préfecture, fervents admirateurs de l’intelligence de Macron et de l’opiniâtreté de son ministre de l’éducation ? Mon hypothèse écarte tout mystère : ils rient (ou font semblant de rire) pour nous imposer leurs images de grands animateurs dépourvus de toute envie de censure, pour perpétuer leurs images de journalistes prêts à tout… entendre.

France Inter encore.

Le 19 avril dernier, Guillaume Meurice fait une chronique amusante à propos des dépôts de marque abusifs et il y inclut deux saillies percutantes, drôles, très drôles (1) sur ses deux collègues de la famille France-Inter (Léa Salamé et Dominique Seux). Mais – ô surprise – le lendemain matin (avant le journal de 6 h), ces deux blagues (1) sont purement et simplement retirées de sa rubrique de la veille.

Humour et cadre.

On ne peut parler de l’humour des Guillaume Meurice, des Tanguy Pastureau sans parler du cadre dans lequel ils officient. La France a une tradition d’humour politique qui brocarde depuis toujours les puissants. France Inter (2) l’a bien compris. La radio ne peut se passer d’humour car – à censurer cet humour et ses humoristes – elle se couperait d’une bonne partie de ses auditeurs.trices. La présence de Meurice and Co a donc un intérêt… économique : augmenter l’audimat en s’attachant des tranches d’auditeurs importantes, en les fidélisant.

Les bases de ce type d’humour sont des interventions rigolotes centrées sur l’actualité politique. Pour comprendre sa permanence sur les antennes, mettons cet humour en miroir avec son reflet complémentaire, celui-là beaucoup plus sérieux et non-humoristique : celui des Infos. Dans ce dernier créneau, nulle place pour les rigolos et la rigolade. Les « journalistes » versant Infos, c’est de la réflexion, de l’analyse « poussée », de l’échange « très interessant », tout un dispositif bien cadenassé par d’inamovibles « journalistes » chez qui la pensée libérale domine à 99%. Citons-en les supports : Léa Salamé, Nicolas Demorand, Fabienne Sintès, Bruno Duvic, Dominique Seux, Thomas Legrand, Pierre Haski, comme autrefois Bernard Guetta, JM Cavada etc. Rajoutons encore les journalistes-maisons qui tiennent les émissions économiques, les animateurs.trices du « Téléphone Sonne » (avec tri et sélection des questions d’auditeurs, invités préférentiels). Tous ces temps d’antenne sont les chasses gardées de l’Info France Inter. Je rappelerai ici que ce dispositif, ces choix et compositions de rédactions sont ceux de la Macronie 2017 qui a tout fait pour placer Sibyle Veil à Radio France et Vincent Giret à France Info, tous deux sarko-macro-compatibles.

Triste inventaire (ne pas rire SVP).

Difficile de rire et difficile de ne pas verser un tantinet dans le désespoir (préférons lui la révolte) quand on dresse l’inventaire des invité(e)s aux micros et sur les écrans publics et privés d’hier, mardi 27 avril 2021 :

France Inter : BHL et Frédérique Vidal.

France-Info : Marine Le Pen.

RTL : Philippe De Villiers.

Sud-Radio : Nicolas Dupont-Aignan

RMC-BFMTV : Elisabeth Borne.

LCI ( La Chaîne Immonde) : Jean-Pierre Raffarin et Raphaël Enthoven.

Europe 1 : Michel Onfray.

CNews : Gilles Keplel

« L’humour est la politesse du désespoir ». C’est vrai qu’il faut rester envers et malgré tout dans cette politesse-là mais reconnaissons que cela devient – ô combien – difficile !

*******

(1) «Lea Salame a déposé l’expression moment de grâce pour en faire un parfum. Il faudrait aussi déposer Dominique Seux, mais sur le bord de la route».

(2) A France Inter, on n’arrête pas de se marrer avant, pendant ou après chaque émission. Plus particulièrement lors des passages de témoins matinaux (entre A.Trapenard et Sonia Devillers, entre Philippe Bertrand et Nicolas Soufflet) ou encore, pendant l’émission de la Bande Originale (11-12h30) avec les congratulations et/ou petites piques inoffensives de Nagui ou de Leïla Kaddour-Boudadi sur leurs collègues, piques censées nous faire rire, nous faire oublier bla bla bla la dureté du quotidien, nous auditeurs. Misère.

Bouffons les Bouffons.

Au menu de mon repas non clandestin, il y aura du poulet, du poisson d’avril, du gâteau à la poudre de Tagada. Avec, en prime dans le trou normand, une chanson de deux poivrots. Bien entendu, il faut s’attendre à une note salée à payer (autour de 500 euros). Mais pour éviter l’indigestion, j’ai quand-même gardé pour la bonne bouche et les bonnes oreilles, l’ami chansonnier de toujours : François Béranger.

Du poulet au menu (1).

On ne paraphrasera pas le titre du film «  Les Douze Salopards » mais certains, autour de moi, y pensent lorsqu’ils voient Gérald Darmanin intensifier sa propagande Flicage 2022. Il a recruté douze nouveaux policiers qui seront chargés exclusivement de devenir des Communicants dans les Médias. Comme le souligne Le Canard Enchaîné, leur mission sera «d’occuper les ondes et les plateaux de télé pour vanter la politique de la Macronie». Et, soyons convaincus que – comme d’habitude – les TV poubelles seront prêtes à s’ouvrir pour les accueillir.

Du poulet au menu (2).

Les grands restaurants clandestins invitent donc à qui mieux mieux de hautes personnalités politico-médiatiques. Mais avant de servir les repas, leurs Boss ont pris bien soin d’avertir la police darmanienne pour être en règle et ne pas déranger les invités. Un serviteur d’un restau huppé du 8 ème arrondissement témoigne sur Mediapart : « C’est qu’à chaque fois qu’une descente de police est prévue, le patron est avisé en amont ». Et, hop hop, c’est ainsi que les repas se font sans encombres. Aucune crainte pour les invités de tomber sur un os… de poulet.

Chalençon et Vichy.

Ce crétin de Chalençon n’en est pas à une obscénité près. Après avoir fait le bouffon de la Grande Bouffe, le voilà s’érigeant en victime de Vichy. Ce Chalençon n’a rien trouvé d’autre pour se défendre que de s’empresser de choisir la place du juif traqué par la milice de Pucheu, le grand frère de notre Gérald.

Deux poivrots à la fin des repas clandestins.

D’ici, j’entends chanter Jean-Marie Le Pen « Il est des nôtres, il a bu son verre comme les autres » en apostrophant et trinquant avec son ami Chalençon. Une image qui se passe de commentaires. Surtout ceux d’Eric Naulleau, Eric Zemmour, des Grandes Gueules, de Sonia Mabrouk, d’Apolline de Malherbe, de Fogiel. Ils n’ont probablement pas eu le temps de s’insurger, tous occupés à la cafétéria clandestine de leur chaîne.

Sondages (1).

Ne pas être surpris : la Propagande Macron 2022 prendra quotidiennement le chemin du sondage. Le colportage de tous ces résultats mensongers est et sera assuré sans faiblir par les médias-moutons (de BFMTV à France Info, du Monde à Libération). Le plus désolant, c’est que s’y associent gens de gauche qui sont aveugles à la manipulation monstre qu’ils avalisent. Dur de comprendre le déficit théorique de ces derniers sur cette question du support n°1 de la propagande de la Macronie.

Sondages (2).

Une des figures de sondologues à la con est celle de Jérôme Fourquet de l’Ifop Opinion. On connaît le lascar (qui écrivit en son temps un livre avec Jérôme Cahuzac) dont on voit régulièrement la binette sur les chaines publiques et privées. Un autre sondologue de la même maison lui fait concurrence : Frédéric Dabi. J’ai eu la curiosité d’aller voir qui donne la parole et l’image à ce squatteur des médias. Impressionante liste : Cnews, LCI (La Chaîne Immonde), LCP, le Journal du Déchet (JDD), Le Figaro à prendre Dassault, Atlantico, le Monde de Xavier Niel et Delphine Arnault. Pardonnez-moi pour ceux que j’oublie.

Libération 2022.

Preuve ce mardi 13 avril 2021 : Liberation suivra le même chemin que celui de 2017. Sa Une d’aujourd’hui en fait foi avec la soi-disant info qui titille l’entre-soi médiatico-politique parisien : il y aurait donc un duel acharné entre Macron et Mme Hidalgo ! Soyons sûrs que le nouveau dirlo, Denis Olivennes, y apportera tout son savoir de courtisan ambidextre.

Ecologiste ?

France Inter ouvre les portes à Delphine Batho. En allant sur le site de la radio, on a droit – via la journaliste Carine Bécard – à une présentation fouillée de l’écologiste de François Hollande et on indique en fin de panégyrique son livre « Insoumise ». Dommage qu’il n’ait pas été précisé un des plus magnifiques passages du livre (sur Valls).

Bernard Arnault (1).

Capital nous pond un article sur la familia grande des Arnault. On y lit que, comme beaucoup d’ados rebelles dans ces milieux-là, on commence par dire à Papounet d’aller se faire voir. Ensuite, âge et valeurs de sa classe sociale aidant, on retourne au bercail et on suit les entreprises de Papa. On rappelera que Delph’, la fifille, avait bénéficié d’un mariage hors-normes en 2005, avec Alessandro Gancia, avant de se réfugier dans les bras de Xavier Niel. No problem : Delph’ est recasée. Recasé aussi le fiston-à-pistons (44 ans cette année) qui engrangeait déjà, à l’âge de 30 ans, les titres de « Directeur com’ de LVMH, d’administrateur du groupe, membre du conseil de surveillance des « Echos », le torchon du papa. Quant aux autres petits Arnault, pas de soucis non plus : ils ont bénéficié aux premiers jours des cours particuliers de français d’une certaine Brigitte Macron.

Bernard Arnault (2).

Perso, je n’ai aucunement besoin – contrairement à la main mise de B.Arnault sur la pub-presse – de LVMH pour ma petite propagande. Elle vit toujours sans la diarrhée publicitaire. Et je rajouterai que, pour la rédaction de mes billets, je ne compte que sur moi et sur mes lecteurs et abonné(e)s. Du coup, je n’ai pas à surveiller mes arrières. Ce que Fakir aurait du faire en repérant les taupes de Bernard jusque dans son équipe. Rappel : les puissants sont puissants, très puissants.

JDD (Journal Du Déchet)

Le journal dominical de Lagardère risque de passer dans les mains de Bolloré. Fini l’appelation JDD, torchon-Lagardère. Mais au grand Bazar du journalisme de préfecture, il y aura ce nouveau rayon JDD la Serpillère-Bolloré. Et si vous insistez, le gros titre est prêt : « JDD, le Journal Du Déchet ».

François Béranger.

Et comme on a, jusqu’ici, beaucoup parlé de nourriture et de bouffe, continuons par une analogie signifiante chantée par l’éternel François Béranger : « Aux Bouffons« . Aussi, plutôt que le mot d’ordre « Mangeons les Riches« , je proposerai dans la lignée du chanteur, celui plus incisif de : « Bouffons les Bouffons« .

« CONTRE L’ETAT PRESENT S’INSURGER »

C’est par la lecture d’un de ses fragments qu’Héraclite, philosophe grec de la fin du VIème siècle avant JC, m’a redonné du courage. En cette période de détresse, de manipulations tous azimuts, d’aggravation de la misère, de mensonges sur la conduite sanitaire, il est impératif de tenter de devenir un humble gardien des vivants et des morts. Pour ça, essayons déjà de voir clair sur l’état présent.

MELENCHON

Ce tweet de Jean-Luc Mélenchon m’a laissé sur ma faim.
On pourrait penser effectivement que Macron se réjouisse que la Justice ait mis Sarkozy sur la touche. Mais peut-on se satisfaire de cette analyse et du trop simple constat d’une mise à l’écart définitive d’un «sérieux rival» ? C’est vrai qu’en cas de candidature, Sarkozy aurait siphonné une partie des voix de Macron (et peut-être l’aurait empêché d’être au second tour). Mais la question essentielle aurait été de savoir si Sarkozy aurait pu être candidat 2022 ?

SARKOZY ET LE LR.

« Mon Chouchou ! Mon pauvre Chouchou ! »

Examinons l’état du Présent : Sarkozy peut, depuis longtemps, mettre définitivement une croix sur un rôle public. L’accumulation de ses casseroles antérieures l’empêchait déjà de simplement imaginer un retour. Cette condamnation lui donne juste le coup de grâce. Les Républicains n’auraient pu le choisir comme candidat et le présenter comme «rival», si «sérieux» aurait-il été, de Macron. Et l’unanimité (de parade) tout autour de l’ex-Président pour prendre sa défense (à l’instar de son président Christian Jacob) ne trompe pas grand-monde. Avec l’énorme et insupportable handicap d’avoir des Républicains passés à En Marche (Darmanin, Le Maire, Philippe), le parti a déjà fait une croix sur cette élection et – coup de kärcher – sur Sarkozy. En le nommant pour 2022, le parti LR aurait pris un sacré risque et ce, pour de longues années. Seul but dorénavant pour ces Républicains : préparer, réfléchir à un candidat pour la future présidentielle 2027 et miser sur un grand nombre de députés.

Quant au républicain Sarkozy, il aura toute latitude pour utiliser ses réseaux afin d’aider Macron (comme il l’a fait en 2017) et de conseiller son double et ami Darmanin. Homme de l’ombre, homme d’influence souterraine, voilà qui satisfera sa vanité de pov’con, voilà la seule place qu’il peut désormais occuper.

ET NOS GRANDS CAPITAINES D’INDUSTRIE ?

Derrière la scène de compassion pour la victime Sarkozy se joue bien autre chose. Pouvons-nous imaginer que les grands capitaines d’industrie (de luxe, d’armement etc), promoteurs de Macron 2017, se soient rangés derrière Sarkozy et qu’ils aient abandonné le banquier amiénois pour 2022? Non. Eux aussi savent depuis longtemps que leur ex-idole ne compte plus. Leur stratégie reste la même : diviser la gauche, isoler Mélenchon par la calomnie et la désinformation quotidienne et promouvoir une pseudo-rivalité Macron-Marine Le Pen (sachant que MLP n’a aucune chance dans un second tour). Pour cela, ils rejoignent la stratégie des agences élyséennes. Voyons un peu ça.

FINI LE « NI DROITE NI GAUCHE » DE 2017.


Les moyens Medias colossaux de 2017 ont permis de fabriquer un dirigeant New Age, beau, sympathique, à qui il fallait faire confiance. Aujourd’hui, Macron est devenu impopulaire et le MEDEF s’en inquiète.

Alors, ne soyons pas surpris, ils vont sortir la grosse artillerie. L’énormité de la Propagande pro-Macron 2017 ne sera qu’une aimable plaisanterie comparée à celle qui s’annonce. De Bouygues TF1 au Service public, des chaînes de la honte au Monde de Niel, tout sera fait pour un Episode 2 : Macron vs Le Pen.
Aussi voyons-nous s’installer une nouvelle stratégie macroniste. Cette fois-ci c’est : « ET Droite ET Gauche ». Le projet de Macron (du néo-libéralisme de l’Institut Montaigne et des économistes de Bruno Le Maire) c’est de continuer coute que coûte leur politique de «réformes» liberticides avec répression dans les rues, utilisation manipulatrice de la protection sanitaire etc. Programme économique de Droite donc, avec repression manu militari, d’un Darmanin (trouvant Marine Le Pen trop molle). Mais cela ne suffit pas à forcer un nombre suffisant de supporters de MLP à adhérer à En Marche. Alors, on fait joujou avec l’autre côté : le côté Gauche.

LREM TENDANCE GAUCHISTE.

J’avais signalé dès septembre dernier l’esbrouffe macroniste très réfléchie de se coloriser en « parti de gauche ». C’est une condition essentielle pour gagner en 2022. Voyez les tentatives de fin 2020 : Macron tente de créér une aile gauche avec l’appui de ses Medias-moutons. Mais ça ne marche pas car les pseudo-dissidents ne sont pas connus, n’ont aucun poids de notoriété auprès du public.

Alors que faire ? Hé bien, il leur faut envoyer les grosses pointures comme des ministres. Et c’st ainsi qu’Elisabeth Borne, ministre du travail, de l’emploi et de l’insertion clame tranquillement (ne riez pas, ce n’est pas une plaisanterie) qu’elle «est de gauche». Attendons-nous donc à une déferlante pro-LREM, à un pilonnage hors-normes sur les écrans et micros généreusement ouverts pour tenter de nous persuader que ces fossoyeurs de la République sont de dignes héritiers de Jaurès et du programme du Comité National de la Résistance (programme à la fin de la Seconde Guerre mondiale, qui s’intitulait «Les Jours heureux»).

Du Luxembourg à « En Thérapie ».

La violence : c’est par elle que le néo-libéralisme peut tenir et prolonger son règne. Une violence qui passe par le physique (fatigue, usure, dépressions, rage épuisante, suicides, morts dans la rue etc). Une violence démultipliée par la pression exercée sur les corps en entreprise, dans le No Future des Pôles-Emplois, dans les mains tendues et les files d’étudiant(e)s aux Restos du Coeur.

Cette violence des deux dernières semaines, je l’ai trouvée dans la fraude fiscale au Luxembourg, sur les chaînes C8 et CNews, au Club select du Siècle et, pour terminer, je l’ai vue se déposer sur le divan de Philippe Dayan, le psy des 35 épisodes de la série d’Arte, « En Thérapie ».

L comme Luxembourg.

Souvenons-nous de la phrase-mensonge de Nicolas Sarkozy en octobre 2009 à la veille du G20 de Pittsburgh  «Les paradis fiscaux, c’est ter-mi-né» alors qu’aujourd’hui éclate le scandale de l’OpenLux. Sur les 50 familles françaises, 37 d’entre elles ont usé de la fraude fiscale, planquant des milliards dans les coffre-forts du Duché. De LVMH (Bernard Arnault) à BNP Paribas, de Kering (Pinault) à Total, tous ont des filiales dans les paradis fiscaux. Et l’un des plus importants – avec Chypre et Malte – c’est le Luxembourg. A un abonné qui se demandait si les membres ces grandes familles n’avaient pas honte, j’ai répondu – via Monique Pinçon-Charlot  L’Argent sans foi ni loi » Editions Textuel).

« Au sein de ces grandes familles, on apprend que le système capitaliste est le seul qui soit naturel et imaginable. Les autres systèmes de pensée n’étant qu’idéologies. Du coup, pratiquer l’optimisation fiscale voire la fraude fiscale avec le recours aux paradis fscaux, tout cela leur paraît aller de soi face à un Etat qui est à leurs yeux trop gourmand. Elles intériorisent tout un discours autojustificateur contre l’Etat et l’impôt, contre les fonctionnaires, pour que leurs biens restent dans la famille. Pour prendre la mesure de ce sentiment de non-culpabilité, il faut comprendre que les membres de ces grandes familles sont à longueur de journée ds l’élégance et la sociabilité mondaine de l’entre-soi».

Résumé : ces grandes familles ne vivent pas dans notre monde mais elles sont maitresses du nôtre.

P comme Pesquet & Praud

Après le passage de Mélenchon chez Hanouna, Pascal Praud a redoublé de haine envers le représentant de la France Insoumise. Probable que la fille de l’animateur (qui avait voté pour Mélenchon en 2017) l’ait à nouveau titillé en lui disant qu’elle n’irait pas toucher à son poste ce soir-là et qu’elle resterait sur C8.

Ailleurs, sur CNEWS, autre TV de la Honte, il suffit de deux minutes pour savoir de quoi il en retourne. Une habitante de Trappes, française musulmane, dit que dans sa ville « ce n’est pas du tout ce qu’on dit ». L’animateur Julien Pesquet, petite frappe bolloréenne, reprend l’antenne et s’en amuse en hochant la tête d’un air entendu. Son mépris ahurissant ira juqu’à chantonner en direction de cette femme alpaguée via un micro-trottoir : « C’est ça, c’est ça tout va très bien Madame la Marquise ».

Le respect Bolloré, quoi.

S comme Siècle.

La cohésion de la classe dominante est toujours déjà-là. Cette classe possède les médias (elle a placé des directeurs de télés et radios publiques, serviteurs zélés de la Macronie), elle a ses Instituts de sondages couplés avec la Presse, elle a ses réseaux avec ses think-tanks et ses Clubs multi-cartes. Aujourd’hui, c’est le Siècle qui est sur la sellette avec son président Olivier Duhamel mais cette surexposition s’accompagne d’un silence total sur toutes les autres instances de solidarité de classe, instances plus solides que jamais.

Au contraire des classes dominées pour lesquelles il faut sans arrêt se battre durement pour s’unir, la classe des riches est instantanément mobilisée via ces groupes et ses réseaux. Citons-les : Le Jockey-Club, le Cercle Interallié, le Cercle de l’Industrie, The Travellers, le Cercle MBC (beaucoup sont affilés au Siècle), le Club des Trente, les Gracques (où se côtoient les patrons du MEDEF et des Denis Olivennes patron de Liberation), le Club Démocratie. Rajoutons que toutes ses accointances leur sont facilitées car leurs réunions, leurs dîners se déroulent exclusivement à Paris.

T comme Thérapie.

J’ai suivi les 35 épisodes de En Thérapie mais je n’ai pas très bien compris la raison pour laquelle Ariane, Camille et le couple étaient venus en séance. Pour Ariane, est-ce le seul trauma (et rien d’autre) suite à l’attentat du Bataclan qui l’a poussée à consulter ? Camille, elle, vient voir le psy car elle a juste besoin d’un certificat demandé par les Assurances. Quant au couple, je suis surpris qu’en psy lacanien, Philippe Dayan accepte une… psychothérapie de couple.

Comme dans la série « Soprano », les réalisateurs d’En Thérapie ont installé une caméra au cœur des séances. Du coup, le surmoi du télespectateur vient doubler la place du patient et/ou celle de l’analyste. On tourne à trois. L’espace privé – condition incontournable du maintien et de la poursuite de toute cure – est devenu… public. Et le côté public fait qu’il y a des explications, des petits cours de psy pour télespectateurs moins avertis sur les fondements de la théorie freudienne. On peut en sourire.

On peut aussi relever que les moments de cure dans la série sont toujours vus à travers des paroles extraordinaires, petits coups de théâtre permanents qui éliminent tout «ennui». Est-ce ainsi dans la vraie vie d’une séance ? Et on peut noter que la contrainte de la fiction pousse à écrire une fin obligatoire – du coup, par ricochet – une fin de… l’analyse (finie la drogue ? Si facilement ?).

Les jeux de Frédéric Pierrot, de Reda Kateb et de la prometteuse Céleste Brunquell sont formidables. En situation, ils traduisent bien les effets de cette belle parole de Françoise Dolto qui est dans la droite ligne des enseignements de Freud et illustre bien le dispositif de la cure qu’il mit génialement en pratique : « Ecouter l’autre, c’est le faire exister ».

En contrepoint bienvenu, on applaudira la mise en scène champ/contrechamp qui ne laisse pas de place aux mouvements de caméra surexcités habituels (ceux de l’info), nous laissant avec un certain plaisir dans le temps, rare télévisuellement, de l’écoute et du laisser-parler.

MES IDEES FIXES : inventaire.

Un des reproches qu’on me fait, c’est que je parle souvent des mêmes choses, que je ressasse, que je maugrée et grogne toujours contre les mêmes personnes, contre les mêmes Officines, contre les mêmes adversaires. Par contre, ceux qui me le reprochent ne s’étonnent pas de la différence d’échelle énorme entre la propagande pilonnée chaque seconde par les instances qui nous gouvernent (presse moutonnière, chaines de la honte, rédactions à genoux etc) et ma très très petite influence de blogueur et de twitto qui va en sens contraire.

Idée fixe donc : Checknewsfr.

Le respect de Liberation à ses lecteurs.

Oui, je n’arrête pas de tarabuster les instances qui ont pour but de traquer les fakenews. Faut dire que j’ai très mauvais esprit, restant persuadé que leurs choix de fakenews des gueux sont là pour cacher les fake des riches et des puissants. Mais contrairement au «dégoût» que j’incarne à leurs yeux, perso, je les estime beaucoup… surtout quand ils me donnent les chiffres des montants en dollars que l’entreprise privée FaceBook leur alloue chaque année (245000 dollars en 2018 et 236.000 dollars pour 2019 quand-même pour le prix de leur « indépendance » !)

Le problème avec ces loulous, c’est que, chaque année je m’épuise à les leur demander. Donc j’insiste, je pilonne, je répète la même demande, je me répète à me répéter. Cette fois-ci encore, ma demande d’infos porte sur le montant reçu en 2020 à propos duquel ils me réservent… une «sacrée surprise»! Ce qu’ils n’ont pas compris (ne veulent pas comprendre) c’est qu’il ne s’agit pas d’un problème personnel entre eux et moi mais d’une question politique. Question d’importance sur ce qu’ils retiennent comme «fake» (et donc digne d’être traité et analysé par eux) et ce qu’ils estiment être des infos insignifiantes. Travail de censure toujours agréé par Facebook quels que soient les intentions, la «qualité» de leurs travaux et la sueur qu’ils y mettent.

Idée fixe sur les Décodeurs.

Chez les Decodeurs, eux aussi traqueurs de «fake» (dépendants du Monde de Xavier Niel), on est plus radical encore. On a beau insister, pilonner, répéter, lancer tweet sur tweet pour qu’ils donnent le montant de leur soumission (et non de partenariat) à FaceBook, ils se taisent. C’est pratique, non ?

Mais ce dont ils ne se doutent pas, c’est que cette omerta prolongée est de plus en plus parlante.

Idée fixe sur l’AFP.

J’insiste, je pilonne, je répète, je lance tweet sur tweet contre le tri des infos de l’AFP qui se veut, elle aussi, une instance objective, neutre (avec rayonnement jusqu’au delà de nos frontières).

Avec eux, j’insiste, je pilonne, je répète, je lance tweet sur tweet dans le but de renseigner mes lecteurs et mes lectrices sur Frédéric Fries, celui qui commande l’Officine (ici article d’Acrimed) et sur la photographie mise sur le compte Twitter 2017 de leur Chef du Service Politique : un Macron triomphant. Pas besoin d’en dire plus mais il faut le dire encore.

Idée fixe princeps : le JDD.

Pour s’excuser, Gattegno fait son fiérot
avec ce « grâce à nous » !!

Pas de lecteur du JDD (Journal Du Dégoût) plus assidu que BiBi. Mes premiers billets sur ce torchon datent déjà de 2008 ! J’insiste, je pilonne, je répète, je lance tweet sur tweet en contre-propagandiste acharné. Car il me faut l’avouer, la journaille Lagardère et leur chef d’équipe Hervé Gattegno continuent de me débecter régulièrement. Ils ont fait fort en 2020 et, plus encore, avec leur Une de dimanche dernier suivie des piètres excuses du Chef. (Extrait ci-dessus).

Juste pour insister, pour pilonner encore, je repose ce medley des Unes 2020 qui situera le niveau de mes nausées.

D’autres insistances, d’autres répétitions coutumières portent sur l’inclusion hebdomadaire chez eux de l’incontournable sondage. Une présence répétitive insupportable qui a pour but de nous faire croire que les résultats de leurs sondages seraient les vrais reflets du Réel.

Jean Quatremer.

Monsieur Jean est un invité inamovible de France Info, de la rédaction d’Arte et il s’occupe de notre Europe libérale bien au chaud à Libération. Une figure contre laquelle jamais un(e) de ces intellos de gauche radicale ne lui est opposé. Donc que faire d’autre si ce n’est d’insister, de pilonner, de répéter, de poser et reposer son fameux tweet pro-Macron dans lequel tout est dit et… doit être redit.

Edouard Philippe.

J’insiste, je pilonne, je répète, je lance, je pose, je repose tweet sur tweet cet encart à propos d’Edouard Philippe, de sa femme Edith Chabre, de leurs liens avec Sciences-Po Paris et avec Le Havre. J’insiste, je pilonne, je répète, je lance, je pose, je repose tweet sur tweet : silence assourdissant sur toutes les lignes médiatiques. C’est qu’il ne faut pas déranger Monsieur, Madame et la belle institution qui accueille les amis de Monsieur Olivier Duhamel.

Giudicelli, le Maire de Vichy et La Montagne-Vichy.

Mr C. Giudicelli est juré dans le Jury littéraire finacé par la Ville de Vichy. Giudicelli est un pote de virée pédophile de Gabriel Matzneff. Je n’ai rien inventé. Tous leurs badinages obscènes sont écrits en toutes lettres dans les ouvrages du pédocriminel (1983 !). Ils sont connus depuis de nombreuses années des maires de Vichy (Claude Malhuret et Frédéric Aguilera financeurs du Prix) et des membres du Jury. Devant cette omerta incroyable, que faire pour obtenir la démission du pédophile si ce n’est d’insister, de pilonner, de répéter sans relâche, de continuer de lancer tweet sur tweet.

Le Siècle.

Ils sont 700 membres. Voilà qui fait du monde, beaucoup de beau monde. Les révélations de Camille Kouchner visaient son beau-père, Olivier Duhamel, qui se trouve être un conseiller régulier de l’Elysée, un ami des dirigeants de Sciences Po et l’(ex) Président du Siècle. Mon insistance sur Le Siècle est simple : quand par exemple, Pujadas, membre du Siècle, interroge Jérôme Jaffré, membre du Siècle, sur LCI (La Chaîne Immonde), pourquoi ne nous disent-ils pas s’ils étaient au courant (ou non) des actes de leur ami président ? Et me voilà, une fois encore, à insister, à rappeler, à lancer tweet sur tweet pour demander quelle était la teneur des conversations à la table du Siècle entre Laurent Joffrin, membre du Siècle, Denis Olivennes, membre du Siècle et Olivier Duhamel du Siècle.

*

On peut espérer que, l’an prochain, tout cela me prenne un peu moins la tête et un peu moins de temps. Et qu’au bout du compte, après mai 2022, je puisse avoir un peu plus d’idées volantes et… un peu moins d’idées fixes.